Close menu
06/02/2023 News

Big Pharma

L’Organisation mondiale de la santé a conclu cette semaine sa 76e Assemblée mondiale de la santé sans ratifier un nouveau traité sur les pandémies ni les amendements proposés au règlement sanitaire international, mais les membres ont lancé de nouveaux appels à la “restriction des libertés individuelles” dans les situations d’urgence sanitaire.

L’Organisation mondiale de la santé a conclu cette semaine sa 76e Assemblée mondiale de la santé sans ratifier un nouveau traité sur les pandémies ni les amendements proposés au règlement sanitaire international, mais les membres ont lancé de nouveaux appels à la “restriction des libertés individuelles” dans les situations d’urgence sanitaire.

world health assembly who power feature

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu cette semaine sa 76e Assemblée mondiale de la santé (AMS) sans ratifier un nouveau traité sur les pandémies ni les amendements proposés au Règlement sanitaire international (RSI).

Toutefois, les réunions, qui se sont tenues du 21 au 30 mai à Genève, en Suisse, ont donné lieu à des annonces concernant de nouveaux organes de l’OMS créés pour répondre aux menaces de pandémie et à de nouveaux appels à “restreindre les libertés individuelles” dans les situations d’urgence sanitaire.

Les réunions ont également permis de diffuser le nouveau “texte du bureau” du traité sur la pandémie, daté du 22 mai, mais l’Assemblée mondiale de la santé n’a pas mis à disposition un document actualisé pour les amendements proposés au RSI.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exhorté les États membres à parvenir à un accord sur ces deux instruments d’ici à 2024.

Le journaliste indépendant James Roguski, qui a suivi de près les négociations relatives au traité sur les pandémies et aux amendements au RSI, a décrit l’Assemblée mondiale de la santé de cette année comme “une grande production théâtrale”.

“On peut se concentrer sur un million de détails et oublier que ce qu’ils font, c’est négocier ces documents”, a déclaré M. Roguski au Défenseur. “C’est un spectacle de chiens et de poneys.

M. Roguski a déclaré que l’OMS avait toujours eu l’intention de ne pas ratifier le traité et les amendements lors des réunions de l’AMS, malgré les avertissements contraires de certains analystes qu’il a accusés d’être des “alarmistes”. Ils ont toujours dit qu’ils visaient 2024″, a-t-il déclaré.

Le nouveau traité sur les pandémies est “dystopique par sa portée et son intelligence”.

Le “texte du bureau” du traité sur les pandémies a été révélé pour la première fois lors de l’Assemblée mondiale de la santé. Avec 42 pages, il est plus court que les projets précédents qui dépassaient les 200 pages et semble avoir consolidé de nombreuses propositions antérieures soumises par les parties à la négociation.

Dans une récente vidéo produite par M. Roguski, il décrit le nouveau texte comme “une bonne nouvelle, car il semble que l’OMS ait enfin révélé son véritable plan”, mais aussi “une mauvaise nouvelle, car il est absolument dystopique dans sa portée et son intelligence”.

Selon les Dossiers de la santé de Genève, les États membres examineront le texte du bureau au début du mois de juin et, à la mi-juin, entameront un processus de groupe de rédaction. On ne sait pas encore si cela “constituera la base de toute négociation”.

S’exprimant la semaine dernière dans le cadre de l’émission “Table ronde du vendredi“, le Dr Meryl Nass, interniste, épidémiologiste spécialisée dans les armes biologiques et membre du comité consultatif scientifique de Children’s Health Defense a déclaré que l’OMS appelle désormais le traité sur la pandémie et les amendements au RSI des “instruments”, peut-être “parce que le traité semble devoir être ratifié par le Sénat et qu’ils essaient de trouver un moyen de contourner ce problème”.

Lors de la même émission, Mme Nass et M. Roguski ont déclaré que les nouveaux amendements au RSI étaient “un document complètement nouveau”. Sur Substack, M. Roguski a demandé pourquoi “une version actualisée des 307 amendements proposés au Règlement sanitaire international” n’était pas disponible.

M. Roguski a déclaré au Defender :

“Ils n’en ont pas vraiment parlé. Je n’ai trouvé aucune version 2.0 d’une version éditée des négociations en cours. Ils n’ont rien publié. Ainsi, les amendements soumis en septembre ont été gardés secrets jusqu’à la mi-décembre, et c’est toujours la seule version dont nous disposons.

Dans son analyse du texte du Bureau, M. Roguski note que l’article 33 semble ne donner aux pays “aucun moyen de se retirer des protocoles adoptés”, même s’ils ont voté contre un amendement particulier.

Il a également cité l’article 22, qui prévoit la création d’un “comité de mise en œuvre et de conformité” chargé de “vérifier le respect” du texte. L’administration Biden s’est montrée favorable à la création de ce comité, tout en réaffirmant son soutien au traité sur la pandémie et aux amendements du RSI.

En janvier, The Lancet a appelé à la mise en place d’un système de surveillance similaire.

M. Roguski a souligné que le texte du bureau contient également des propositions concernant la reconnaissance de l’approche “Une seule santé” (article 5), la suppression des conditions de financement public de la recherche et du développement des grandes sociétés pharmaceutiques (article 9), ainsi qu’une série de définitions de concepts tels que “agent pathogène à potentiel pandémique” et “infodémique” (article 1).

Le texte propose également la création d’une nouvelle “Conférence des Parties” (COP) distincte qui, selon M. Roguski, “serait habilitée à adopter des “protocoles” à l’avenir sans contrôle du Congrès”.

Dans sa vidéo, M. Roguski a déclaré

“Cette conférence bureaucratique des parties comprendrait également des représentants des Nations unies et de leurs agences spécialisées et apparentées, ainsi que des représentants de tout organisme ou organisation, gouvernemental ou non gouvernemental, du secteur privé ou du secteur public, qui pourrait demander à être membre de la conférence des parties.

“Les travaux de la conférence des parties seraient menés par trois comités et un groupe d’experts ( [Articles 23-25] ) chargés de fournir des conseils scientifiques et habilités à ajouter des protocoles à l’accord, loin des regards indiscrets du public, sans aucune possibilité de les rejeter.

“L’accord prévoit la mise en place d’un examen universel de la préparation à la santé. Elle prévoit la programmation d’exercices de simulation sur table et déclencherait une expansion massive du complexe industriel d’urgence des hôpitaux pharmaceutiques”.

S’exprimant sur CHD.TV, M. Roguski a comparé les textes proposés par l’OMS à la convention-cadre pour la lutte antitabac de 2003, l’un des deux seuls traités juridiquement contraignants ratifiés par l’OMS depuis sa création en 1948, qualifiant le texte du bureau de “copie à l’emporte-pièce” de la convention-cadre.

Sur son Substack,M. Roguski dit que ce cadre “vise à permettre aux nations membres de se mettre d’accord sur un document relativement vague aujourd’hui, qui donnerait le pouvoir et l’autorisation à des bureaucrates inconnus de prendre des décisions juridiquement contraignantes à un moment donné dans l’avenir, lorsque ces décisions pourront être bien cachées à la vue du grand public”.

Dans son discours d’ouverture à l’Assemblée mondiale de la santé, M. Tedros a fait l’éloge du cadre de 2003.

Notant que de nombreux articles du texte du bureau contiennent diverses “options” pouvant être choisies ou rejetées, M. Roguski a écrit que cela “semble indiquer que les nations membres sont très loin d’un accord”.

Par ailleurs, M. Roguski a déclaré au Defender que certains délégués à l’Assemblée mondiale de la santé ont exprimé leur “mécontentement” de ne pas avoir reçu de versions actualisées du texte du bureau ou des amendements du RSI.

“Franchement, c’est un vrai gâchis”, a ajouté M. Roguski. “Ils se disputent entre eux et, pour autant que je sache, il n’y a pas eu de vote sur quoi que ce soit.

Selon les Geneva Health Files, “les pays ont également indiqué qu’ils souhaitaient une plus grande coordination entre les processus de négociation des amendements au RSI et de l’accord sur les pandémies”.

Selon Stand for Health Freedom (Défendez la liberté de la santé),le coprésident du groupe de travail chargé de rédiger les propositions d’amendements au RSI “a déclaré à plusieurs reprises que le RSI contenait déjà tout ce qu’il fallait pour faire face à une pandémie; la seule question était celle de la conformité”, ce qui pourrait donner à penser que les amendements au RSI pourraient être considérés comme superflus.

David Bell, médecin de santé publique et consultant en biotechnologie, ancien directeur des technologies de santé mondiale chez Intellectual Ventures Global Good Fund, a qualifié cette absence de consensus de positive.

“L’avantage, c’est que toute cette histoire repose sur des mensonges flagrants”, a déclaré M. Bell, car “les vraies pandémies ne sont pas courantes”, ajoutant que “les maisons construites sur le sable ne résistent pas très bien à la tempête”.

Les députés appellent à “donner la priorité aux actions susceptibles de restreindre les libertés individuelles”.

L’un des aspects les plus effrayants du texte du nouveau bureau est l’article 18, intitulé “Communication et sensibilisation du public”, selon M. Roguski, qui a déclaré que cet article “habiliterait l’Organisation mondiale de la santé à s’attaquer aux informations fausses, trompeuses, erronées ou à la désinformation”.

Le texte de l’article 18 est le suivant :

“Les parties renforcent les connaissances de la population en matière de science, de santé publique et de pandémie, ainsi que l’accès à l’information sur les pandémies, leurs effets et leurs moteurs, luttent contre l’infodémie et s’attaquent aux informations fausses, trompeuses, erronées ou à la désinformation, notamment par la promotion de la coopération internationale”.

L’article 18 prévoit une “sensibilisation régulière de la communauté”, l’écoute sociale, l’analyse et les consultations périodiques avec les organisations de la société civile et les médias”, “des mesures efficaces pour accroître la culture numérique en matière de santé au sein du public et du secteur de la santé” et “des recherches […] sur les facteurs qui entravent l’adhésion aux mesures sociales et de santé publique en cas de pandémie”.

Selon le Dr. Nass, l’article 18 montre que “l’OMS est intégrée dans le complexe industriel de la censure et de la propagande“.

Toutefois, les nouvelles restrictions découlant du traité sur les pandémies et/ou des amendements au RSI pourraient ne pas se limiter à la parole. Le Dr Abdulla Assiri, coprésident du groupe de travail de l’OMS sur les amendements au règlement sanitaire international et vice-ministre adjoint de la santé préventive d’Arabie saoudite, a déclaré lors de l’Assemblée mondiale de la santé :

“La mise en œuvre du RSI modifié permettra aux États membres de détecter et de prévenir les urgences en matière de santé publique, d’y répondre et de réduire les risques de pandémie.

“Toutefois, le monde a besoin de mandats juridiques d’un niveau différent, tels que le traité sur les pandémies, pour naviguer dans une pandémie particulière, si elle se produit, et elle se produira, en donnant la priorité aux actions qui peuvent restreindre les libertés individuelles, en imposant et en partageant l’information, les connaissances et les ressources.

Sur CHD.tv, M. Roguski a suggéré que M. Assiri “devrait être démis de ses fonctions de coprésident parce qu’il fait preuve d’un manque de respect pour la dignité, les droits de l’homme et les libertés fondamentales”. M. Roguski a déclaré au Defender : “Peut-être que c’est comme ça en Arabie saoudite… mais c’est tout à fait indéfendable.”

Bell, commentant également la déclaration d’Assiri, a déclaré au Defender :

“Les droits de l’homme et la démocratie ne sont même plus évoqués du bout des lèvres, de sorte que les responsables de ce programme sont manifestement très confiants dans leur maîtrise des médias et de la narration en général.

“Le coprésident du groupe de travail sur le RSI peut parler publiquement de la nécessité de supprimer la liberté fondamentale des individus dans le monde entier, alors qu’un groupe de personnes à Genève, parrainé par l’industrie pharmaceutique et ses investisseurs, et fortement influencé par un certain nombre de régimes totalitaires et de dictatures militaires, aimerait le faire”.

Les membres de l’AMS ont adopté une “résolution sur les sciences comportementales pour une meilleure santé“, parrainée par la Malaisie, qui invite les États membres à “reconnaître le rôle des sciences comportementales dans l’obtention de meilleurs résultats en matière de santé” et à “identifier les possibilités d’en accroître l’utilisation”.

Selon l’OMS, l’adoption de cette résolution reflète “un large consensus sur la nécessité d’intégrer systématiquement la théorie, les méthodes et les approches des sciences du comportement dans tous les domaines de la santé et dans toutes les fonctions de santé publique”.

L’un des principes de la théorie des sciences du comportement est le concept de “pousser”,décrit comme une solution technocratique pour les politiques délicates impliquant un besoin perçu d’encourager, de manière volontaire, des politiques ou des mesures qui seraient autrement impopulaires, et qui a été largement utilisé pour augmenter l’obéissance aux contre-mesures COVID-19..

L’OMS et les Nations unies pourraient obtenir de nouveaux pouvoirs d’urgence

S’adressant à l’Assemblée mondiale de la santé le 22 mai, M. Tedros a évoqué plusieurs initiatives nouvelles et récentes de l’OMS.

Ceci inclut le Fonds de lutte contre la pandémie lancé avec la Banque mondiale,l’examen universel de la santé et de la préparation pour une “responsabilisation accrue”, le centre OMS de renseignements sur les pandémies et les épidémies et le réseau international de surveillance des agents pathogènes pour une “surveillance accrue”, le Conseil mondial de suivi de la préparation pour un “monitoring accru” et le Corps mondial d’urgence sanitaire pour une “main-d’œuvre renforcée pour les interventions d’urgence”.

Pour ce dernier organisme, M. Tedros a remercié en particulier le ministre fédéral allemand de la santé, Karl Lauterbach, et Chris Elias, président du développement mondial de la Fondation Bill & Melinda Gates.

La surveillance occupe une place prépondérante dans nombre de ces institutions, tout comme dans les propositions de traité sur la pandémie et d’amendements au RSI. Par exemple, M. Tedros a salué l’achèvement de la version bêta du World Health Data Hub et a mentionné le lancement prochain de son portail public, DataDot.

Le 20 mai, l’OMS a annoncé le lancement du Réseau international de surveillance des agents pathogènes, dont l’objectif est de “détecter” [ing] de répondre [ing] menaces de maladies avant qu’elles ne se transforment en épidémies et en pandémies, et d’optimiser la surveillance régulière des maladies”.

Elle travaillera avec le Centre de l’OMS pour le renseignement sur les pandémies et les épidémies, lancé en 2021 “en réponse à la pandémie de COVID-19, qui a mis en évidence des faiblesses dans la manière dont les pays détectent, surveillent et gèrent les menaces pour la santé publique”, afin de “recueillir et analyser des données pour la surveillance des alertes précoces”.

Le 19 mai, Tedros a publié un rapport suggérant que les nations établissent une “architecture mondiale pour la préparation, la prévention, la réponse et la résilience aux urgences sanitaires (HEPR)”, en réponse à ce qu’il décrit comme un manque, de la part des pays individuels, d’une “architecture mondiale” pour répondre aux “urgences sanitaires”, ainsi qu’à la faim, à la pauvreté, au changement climatique, à la dégradation de l’environnement et aux inégalités économiques et sociales.

Dans son allocution du 22 mai, M. Tedros a également évoqué la prochaine réunion de haut niveau sur la préparation, la prévention et l’intervention en cas de pandémie (PPPR), qui se tiendra en septembre, à la suite d’une résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies l’année dernière.

M. Roguski a déclaré au Defender que le PPPR pourrait “permettre au Secrétaire général de l’ONU d’occuper une position d’autorité en cas d’urgence”. Les Nations unies ont établi une feuille de route pour l’ adoption d’une déclaration politique pour le PPPR d’ici septembre.

Comme le rapportent les Geneva Health Files, “la réunion de haut niveau de septembre sera la première réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies sur les droits de l’homme au niveau des chefs d’État et de gouvernement”. Certains analystes affirment toutefois que la mise en place du PPR ne serait pas possible sans une révision de la constitution de l’OMS.

Les détails de cette proposition ont été inclus dans un document des Nations unies datant du mois de mars,intitulé “Renforcer la réponse internationale aux chocs mondiaux complexes – une plateforme d’urgence”, qui affirme que “le renforcement de la coopération internationale est le seul moyen de répondre de manière adéquate à ces chocs” et que “les Nations unies sont la seule organisation ayant la portée et la légitimité nécessaires pour se réunir au plus haut niveau et galvaniser l’action mondiale”.

Le document demande à l’Assemblée générale des Nations unies d’accorder au Secrétaire général “l’autorité permanente de convoquer et de rendre opérationnelle automatiquement une plate-forme d’urgence dans le cas d’un futur choc mondial complexe d’une échelle, d’une gravité et d’une portée suffisantes”.

Mme Nass, qui a analysé le document lors de l’émission “Friday Roundtable” diffusée sur CHD.tv la semaine dernière, a déclaré que ces “chocs mondiaux” pouvaient concerner des domaines tels que le climat, les pandémies, les guerres biologiques, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les perturbations du cyberespace, un “événement dans l’espace” et un ” événement imprévu de type cygne noir“.

Néanmoins, les propositions relatives au PPPR ont été accompagnées de recommandations du Groupe indépendant pour la préparation et la réponse aux pandémies en vue de la création d’un Conseil mondial des menaces sanitaires, un organe de coordination indépendant entre l’OMS, les Nations unies, les institutions financières et d’autres “parties prenantes”.

Le groupe indépendant a publié en mai un rapport intitulé “Feuille de route pour un monde protégé des menaces de pandémie”, dans lequel il affirme que “de nouvelles menaces de pandémie sont inévitables, mais que les pandémies sont un choix politique”. Il demande l’adoption des amendements au RSI, une “OMS indépendante, fonctionnant bien et faisant autorité” et “un conseil politique de haut niveau pour les menaces de pandémie”.

Lors de l’émission “Friday Roundtable”, Mme Nass a fait remarquer que le PPPR et d’autres organismes récemment proposés fonctionneraient au niveau des Nations unies plutôt qu’au niveau de l’OMS. Selon elle, bien que le PPPR soit censé “fonctionner de concert” avec le traité sur la pandémie et les amendements au RSI, “si l’un de ses aspects échoue, il y a alors toutes ces solutions de repli”.

Notamment, Bill Gates a exprimé son soutien à un tel mécanisme de l’ONU dès 2015. Dans un article publié dans le New England Journal of Medicine, il suggère que “par l’intermédiaire des Nations unies, une institution mondiale pourrait être habilitée et financée pour coordonner le système”, sur la base des “leçons tirées de l’épidémie d’Ebola”.

Les Dossiers de la santé de Genève ont également rapporté que des discussions sur la formation d’une nouvelle plateforme de contre-mesures médicales de l’OMS, la Division des systèmes de surveillance et de renseignement de l’OMS (urgences sanitaires mondiales) et le Centre de l’OMS pour le renseignement sur les pandémies et les épidémies, ont eu lieu lors de l’AMS de cette année.

Dans des remarques partagées avec le Defender au sujet de ces nouveaux organes, M. Bell a déclaré que “la centralisation par le biais de l’OMS est une mauvaise politique menée par des personnes incompétentes”.

Il a ajouté :

“L’expérience en matière de santé publique nous apprend que le meilleur moyen d’allonger la durée de vie et de promouvoir une bonne santé durable est de s’attaquer à ces maladies évitables ou traitables. Ce sont les personnes sur le terrain, ayant une connaissance locale des comportements, de la culture et de l’épidémiologie des maladies, qui s’en occupent le plus efficacement.

“Il s’agit de donner aux communautés les moyens de gérer leur propre santé.

Suggest A Correction

Share Options

Close menu

Republish Article

Please use the HTML above to republish this article. It is pre-formatted to follow our republication guidelines. Among other things, these require that the article not be edited; that the author’s byline is included; and that The Defender is clearly credited as the original source.

Please visit our full guidelines for more information. By republishing this article, you agree to these terms.