Skyhorse Publishing a essayé de placer une pleine page de publicité dans le New York Times pour le livre à succès de Robert F. Kennedy, Jr. intitulé « The Real Anthony Fauci : Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health », et voici ce qui s’est passé.

Au début, le vendeur de publicité était ravi que nous voulions placer l’annonce – jusqu’à ce qu’il comprenne de quoi parlait le livre.

Lorsqu’il a vu la publicité, il nous a informés qu’il devait la soumettre à la « direction des standards ».

La direction de « standards », dont je n’avais jamais entendu parler au cours de mes 27 années de carrière dans le domaine de l’édition, lui a répondu comme suit :

« Nous n’avons pas besoin d’examiner l’exactitude du livre, mais la publicité elle-même doit être non diffamatoire et exacte. Pouvez-vous demander des preuves des affirmations faites dans l’annonce, en particulier les « nombreuses contrevérités émanant de Fauci et de ses sbires » depuis des « décennies ». Egalement l’affirmation concernant les boycotts, la censure et le black-out médiatique ».

Le Times s’interrogeait sur une citation figurant dans l’annonce et provenant du virologue le plus célèbre du monde, le Dr Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel :

« Tragiquement pour l’humanité, il y a beaucoup, beaucoup de contrevérités émanant de Fauci et de ses sbires. RFK Jr. expose les décennies de mensonges ».

Voici comment j’ai défendu « The Real Anthony Fauci » et le texte sur les « contre-vérités » de Fauci :

Une simple recherche sur Google pour « Fauci lied » (= Fauci a manti) donne plus de 2 millions de réponses. Si cela ne prouve rien en soi, cela montre qu’il est possible d’avoir une opinion sincère.

« Il existe littéralement des milliers d’articles citant des accusations selon lesquelles Fauci a menti, ment, ment de manière répétée, y compris des déclarations d’éminents membres du Congrès et de sénateurs, de grands journaux, de présentateurs de journaux télévisés, etc.

Le New York Times lui-même a publié un article d’opinion intitulé « La désinformation sur la Covid vient aussi d’en haut ». L’article cite l’accusation de Rand Paul selon laquelle le Dr Fauci a « menti au Congrès ». Plus précisément, Paul a accusé le Dr Fauci d’avoir menti au Congrès au sujet de la recherche sur les gains de fonction lors d’une audience du Congrès le 20 juillet 2021.

L’article poursuit en affirmant que « la grande vérité – occultée jusqu’à récemment par les efforts fervents ( y compris par Fauci) pour rejeter la théorie de la fuite en laboratoire… est que l’establishment scientifique du gouvernement américain a soutenu la recherche sur le gain de fonction ».

« Fauci a déclaré à plusieurs reprises que ce n’était pas le cas. Et ses sous-fifres, selon l’article, ceux qui ont bénéficié du financement, se sont livrés à des « tactiques trompeuses et à des mensonges purs et simples ».

L’article poursuit :

« Fauci a menti – il n’y a pas d’autre mot – sur ce qu’il considérait comme le seuil à atteindre pour l’immunité de groupe, en se basant sur… « son intuition que le pays est enfin prêt à entendre ce qu’il pense vraiment ».

L’article déplore ces « nobles mensonges au service de ce qu’ils pensent que le public a besoin d’entendre ».

Dans un autre article de New York Times intitulé « How Much Herd Immunity Is Enough »?, le Times a réitéré la citation selon laquelle le Dr Fauci aurait menti au public américain, puis se serait confessé, du moins en partie, parce qu’il aurait « l’impression que le pays est enfin prêt à entendre ce qu’il pense vraiment ».

« Cette déclaration constitue un aveu qu’il a été malhonnête envers le peuple américain dans le passé parce qu’il n’était PAS prêt à entendre ce qu’il pensait vraiment.

Un autre article d’opinion du Times était intitulé « Pourquoi dire aux gens qu’ils n’ont pas besoin de masques s’est retourné contre eux ». Et cette idée, que le Dr Fauci a menti à plusieurs reprises au sujet des masques, est le sujet de littéralement des milliers d’autres articles.

Selon les courriels obtenus par BuzzFeed, les courriels de février 2020 montrent que Fauci a dit au secrétaire du Département américain de la santé et des services sociaux que les masques n’étaient que pour les malades … au moment même où il racontait au public une histoire différente.

Plus précisément, dans des communications privées par e-mail, Fauci a dit à Sylvia Burwell :

« Les masques sont en fait destinés aux personnes infectées pour les protéger contre la propagation de l’infection aux personnes non infectées, plutôt que pour protéger les personnes non infectées contre l’infection. Le masque que l’on achète en pharmacie n’est pas vraiment efficace pour empêcher les virus de pénétrer, ceux-ci étant suffisamment petits pour passer à travers le matériau ».

Dans le même temps, Fauci est passé à la télévision pour dire au grand public qu’il fallait des masques pour rester protégé.

Un article de Newsweek s’intitulait « Fauci n’a pas été honnête envers le Congrès au sujet des recherches du laboratoire de Wuhan ».

Vanity Fair a publié un article intitulé « In Major Shift, NIH Admits Funding Risky Virus Research in Wuhan ». L’article indique que lorsque Paul a prétendu que Fauci mentait, il « était peut-être sur quelque chose ». Quoi qu’il en soit, l’article indique clairement que les déclarations du Dr Fauci étaient « mensongères », voire carrément mensongères.

Des courriels privés obtenus par BuzzFeed montrent qu’un professeur Kristian Andersen a écrit un courriel privé au Dr Fauci le 1er février 2020, disant que le Sars-CoV-2 avait des « caractéristiques inhabituelles » qui « semblent potentiellement fabriquées ».

Andersen a ensuite publié un article dans Nature le 17 mars 2020, affirmant que COVID ne provenait pas d’un laboratoire et n’était pas un « virus manipulé à dessein ».

Cinq mois plus tard, Andersen a reçu 1,88 million de dollars de fonds gouvernementaux pour la recherche sur le virus. Selon Gateway Pundit, l’article d’Andersen a contribué à protéger Fauci, les Instituts nationaux de la santé et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, qui est dirigé par Fauci, de ‘sondes potentielles’.

Le Washington Post a publié un article intitulé « The Repeated Claim That Fauci Lied to Congress about ‘Gain-of-Function’ Research », dans lequel on peut lire ce qui suit :

« Lors d’une audition au Sénat en mai, le Dr Fauci a déclaré : « Le NIH n’a jamais financé et ne finance pas actuellement la recherche sur les gains de fonction à l’Institut de virologie de Wuhan ». C’était sous serment… [The] Le directeur adjoint des NIH l’a directement contredit par écrit.

L’article conclut qu’il existe un désaccord dans la communauté scientifique sur la question de savoir si les commentaires de Fauci constituent des mensonges. Ils constituent certainement des « contrevérités ».

En fin de compte, il est parfaitement raisonnable de publier un article de Luc Montagnier, un scientifique lauréat du prix Nobel qui a sincèrement cru ce que de nombreux sénateurs et membres du Congrès américain ont déclaré publiquement, ce que des articles de journaux ont affirmé et ce que le Dr Fauci semble avoir admis à de multiples occasions, à savoir que Fauci n’a pas été honnête dans nombre de ses déclarations au peuple américain.

Si les gens des Normes sont préoccupés par la diffamation ou le libelle, pour être diffamatoire, une déclaration concernant une personnalité publique doit être prouvée à la fois comme étant fausse et publiée avec une ‘intention de nuire réelle’.

L’intention malveillante réelle signifie que l’éditeur savait que la déclaration était fausse ou qu’il a agi avec un mépris total de la vérité ou de la fausseté de la déclaration.

Il n’est manifestement pas diffamatoire de publier le texte d’un scientifique lauréat du prix Nobel, connaissant bien le Dr Fauci et ses travaux, qui signale des ‘contre-vérités’ que des fonctionnaires, des magazines, des sites web et des journaux – y compris le New York Times lui-même – ont également signalées ».

Voici comment nous avons répondu à la question sur les boycotts, la censure et le black-out médiatique de «The Real Anthony Fauci » :

« De nombreuses librairies ont refusé de vendre « The Real Anthony Fauci», bien qu’il s’agisse du livre le plus vendu en Amérique. Ce refus constitue un boycott. Le boycott est défini comme suit : « refuser d’acheter ou de manipuler (des marchandises) en guise de punition ou de protestation » ou « refuser de coopérer ou de participer à (une politique ou un événement) ».

L’une de ces librairies est la City Lights Bookstore de San Francisco. Lorsqu’on leur a demandé s’ils vendaient « The Real Anthony Fauci », ils ont répondu immédiatement, sans avoir à chercher, « Non, nous ne vendons pas ce livre » et ont dit qu’ils ne le commanderaient même pas spécialement pour leurs clients.

Booksmith, également à San Francisco, a déclaré de la même manière que « The Real Anthony Fauci » n’était pas disponible et ne pouvait même pas être commandé spécialement dans son magasin. Ils ont recommandé de l’acheter ailleurs.

Weller Books, à Salt Lake City, n’a pas voulu accepter une commande. Et Shakespeare & Co. à New York a également refusé une commande.

Toutes les librairies indépendantes travaillent avec des grossistes qui peuvent leur fournir n’importe quel livre imprimé en Amérique dans un délai de deux à quatre jours, grâce à une série d’entrepôts extrêmement efficaces.

Barnes & Noble, après plusieurs demandes, a refusé de proposer le livre en quantités plus que symboliques dans ses magasins physiques, même s’il se serait extrêmement bien vendu en ligne. Dans leur magasin situé à l’angle de la 82e et de Broadway, tous les autres best-sellers étaient empilés en grandes quantités, mais lorsqu’on lui a demandé, la vendeuse a répondu qu’elle n’avait pas trouvé un seul exemplaire de «The Real Anthony Fauci » dans le magasin.

Après que le livre a figuré sur les listes de best-sellers du New York Times, du Wall Street Journal, de USA Today et de Publishers Weekly, le distributeur de l’éditeur a sollicité Barnes & Noble pour passer de nouvelles commandes. B&N a refusé de commander à nouveau une quantité raisonnable du livre, tout en continuant à honorer les commandes en ligne.

Il semble qu’ils n’aient jamais eu, ou qu’ils prévoient d’avoir, plus de quelques exemplaires par magasin de ce qui était et est toujours le livre non fictionnel le plus vendu en Amérique au cours de ses trois premières semaines d’impression.

Comme les magasins indépendants mentionnés ci-dessus, Barnes & Noble traite ce livre différemment de tout autre best-seller. Au minimum, c’est une analyse raisonnable des faits.

Le dictionnaire Oxford définit la censure comme « la suppression ou l’interdiction de toute partie de livres (…) considérés comme obscènes, politiquement inacceptables ou constituant une menace pour la sécurité ».

Selon Politico, M. Fauci aurait déclaré : « Il est facile de critiquer, mais ils critiquent vraiment la science parce que je représente la science. C’est dangereux », a-t-il déclaré. On peut supposer que l’opinion de Fauci est la raison pour laquelle YouTube a retiré une séance de dédicace télévisée et une discussion sur le livre.

Twitter a également refusé d’autoriser l’éditeur à faire de la publicité pour le livre. Aucune des deux entreprises n’a indiqué que quelqu’un avait lu le livre ou avait des problèmes spécifiques avec celui-ci. Ces deux actions constituent une censure.

Aucun grand journal américain n’a écrit un seul article ou même mentionné ce livre à succès – cela constitue un black-out médiatique. Le black-out médiatique est défini comme « la censure des informations relatives à un certain sujet, en particulier dans les médias de masse, pour quelque raison que ce soit ».

Le 3 décembre 2021, le Tampa Free Press a publié un article intitulé « L’éditeur du livre de Kennedy s’insurge contre le « black-out médiatique » du livre révélateur sur la corruption de Fauci ».

Selon cet article, « une recherche des termes ‘Kennedy’ et ‘Fauci’ sur les sites web du New York Times, du Washington Post, ainsi que des agences d’information d’ABC, CBS et NBC, révèle qu’aucun n’a abordé de front les allégations de Kennedy concernant la corruption de Fauci ».

Le livre s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires, tous formats confondus, au cours de ses trois premières semaines. Il s’agit clairement d’un phénomène de fond. C’est une grande histoire et c’est pratiquement du jamais vu dans l’édition de livres. Le fait que le livre n’ait pas fait l’objet d’une critique par les principaux médias ne fait que confirmer ce fait.

J’espère que cette déclaration répond à toutes vos préoccupations et que nous pouvons maintenant aller de l’avant avec la publicité.

Bien à vous,

Skyhorse Publishing ».

La direction des standards a répondu le jour suivant :

« L’annonce est approuvée s’ils suppriment la citation ci-dessous qui va à l’encontre de nos normes. Nous ne pouvons pas accepter les annonces qui contiennent des attaques personnelles ».

Voici le texte qu’ils nous ont demandé de retirer :

« Tragiquement pour l’humanité, il y a beaucoup, beaucoup de contre-vérités émanant de Fauci et de ses sbires. RFK Jr. expose les décennies de mensonges ». – Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel

Nous leur avons ensuite demandé pourquoi ils considéraient comme une attaque personnelle le fait de dire la dure vérité sur un personnage public, vérité pour laquelle nous avions fourni une solide documentation.

Nous avons reçu la réponse suivante :

« Je n’ai aucun pouvoir de décision sur la gestion des normes. … Je sais que le 12/19 sera mis sous presse demain, et que le délai est donc largement dépassé…».

Comme nous n’avions que deux options – retirer le texte ou ne pas diffuser l’annonce – nous avons décidé de diffuser l’annonce.

A gauche, l’annonce originale que nous voulions faire passer pour «Le vrai Anthony Fauci». A droite, l’annonce qui a été diffusée :

Annonces du NYT

Quelques semaines après la diffusion de la première annonce, nous avons décidé de placer une deuxième annonce dans le New York Times, en utilisant cette fois des commentaires de médecins et de scientifiques.

Lorsque nous avons envoyé une proposition d’annonce avec les nouveaux textes, le vendeur d’annonces a encore dit qu’il devait la soumettre à la direction des standards.

Cette fois, les Standards ont mis du temps à répondre. Ils étaient manifestement en train d’y réfléchir en interne, puisqu’ils avaient déjà déterminé que, si le livre lui-même pouvait contenir des informations erronées, la publicité, elle, n’en contenait pas.

Et leur politique déclarée est, ou du moins était, qu’ils ne se basent pas sur le contenu d’un livre pour décider de diffuser ou non une publicité. La gestion des normes, nous avaient-ils assuré, ne regarde que l’annonce elle-même.

En fin de compte, cette politique avait clairement été modifiée spécifiquement pour « The Real Anthony Fauci ». Le représentant de la publicité nous a envoyé cette note par courriel :

« Je viens d’avoir un retour de la direction des normes et on m’a dit que nous ne pouvions pas accepter l’annonce en raison de la désinformation ».

Ils ont refusé d’indiquer quelle partie de la publicité constituait une désinformation, mais ils ont précisé que leur décision était fondée sur la publicité originale, celle qu’ils avaient déjà diffusée.

Lorsqu’on leur a demandé quelle partie de l’annonce constituait une désinformation, ils ont répondu ce qui suit :

« Le Times se réserve le droit de refuser une publicité qui nous est proposée. Cette annonce va à l’encontre de nos directives car nous ne pouvons pas accepter une annonce qui est trompeuse, fausse ou mensongère ».

Il semble que la direction du New York Times ait simplement décidé que, quelle que soit sa politique, elle ne voulait pas diffuser à nouveau la même publicité pour un livre qui accusait le fonctionnaire le plus puissant du pays non seulement de mentir au peuple américain, mais aussi de commettre la forme de corruption la plus répréhensible qui soit – celle qui coûte la vie à des gens.

« Le vrai Anthony Fauci» s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires, tous formats confondus, mais on ne sait pas combien il s’en serait vendu s’il n’avait pas été soumis à la censure la plus complète de tous les livres de l’histoire américaine récente, si Robert F. Kennedy, Jr. n’avait pas été attaqué par pratiquement tous les grands journaux américains, y compris le New York Times ; si les librairies et les bibliothèques ne l’avaient pas boycotté ; si le New York Times ne l’avait pas saboté en refusant de publier des publicités, en négligeant d’en faire la critique et en utilisant son soi-disant « algorithme propriétaire » pour abaisser le rang du livre dans la liste des livres les plus vendus. Liste des best-sellers du New York Times.

Il est clair que le New York Times souhaite que le moins de personnes possible lisent « The Real Anthony Fauci » et qu’il est prêt à enfreindre ses propres normes et son éthique éditoriale dans une tentative désespérée d’atteindre ce résultat.

Il est clair que le New York Times n’est plus une organisation d’information. Il s’agit d’un groupe de pression qui utilise sa puissante liste de best-sellers, sa position prééminente en tant que journal de référence et sa plateforme publicitaire pour promouvoir un agenda spécifique et myope.

Le traitement réservé par le New York Times au « Le vrai Anthony Fauci » a confirmé son rôle de moteur de la censure, de la corruption et de la désinformation.

*Note spéciale : Même cette apparition télévisée discutant de la censure a été censurée et n’est disponible que sur BitChute.