Il y a encore une partie de cette débâcle qui n’a pas de sens pour moi. La recherche par gain de fonction est juste un euphémisme pour la recherche sur les armes biologiques.

La recherche par gain de fonction n’a jamais donné lieu à un produit pharmaceutique de consommation utile, mais elle a produit beaucoup d’armes biologiques.

La recherche sur les armes biologiques est en cours depuis la première guerre mondiale. Tous les grands pays industrialisés ont un programme d’armes biologiques (voir « Bitten : L’histoire secrète de la maladie de Lyme et des armes biologiques »).

Pendant la guerre froide, le programme américain d’armes biologiques était destiné à vaincre les Soviétiques et à contrer toute attaque contre les Américains. Mais sous la direction de Fauci, les États-Unis et la Chine collaborent à la recherche sur les armes biologiques.

Au début, cela n’a aucun sens. La Chine n’est-elle pas notre plus grand adversaire militaire ? Si c’est le cas, pourquoi développons-nous des armes biologiques avec elle ? Et si la Chine est notre alliée dans le développement d’armes biologiques, alors qui est exactement l’ennemi qu’elle vise ?

Je pense que l’on peut affirmer que les États-nations n’existent plus (ou que les États-nations n’existent que comme récit officiel pour garder les paysans dans le rang dans chaque pays). Sous le capitalisme monopoliste mondial, il n’y a que deux classes – les élites et tous les autres (nous).

Les élites du monde entier ont plus de points communs entre eux qu’avec les citoyens moyens de leur pays de naissance (les milliardaires sont des milliardaires – peu importe qu’ils aient gagné leur argent grâce à des monopoles d’État en Chine ou à des monopoles illégaux aux États-Unis).

Et les armes biologiques nous ciblent apparemment. La seule menace pour les milliardaires est que des milliards de personnes se soulèvent et saisissent leurs biens. Mais les paysans ne peuvent pas se rebeller s’ils sont chroniquement malades et dépendent du cartel pour leur survie.

Le déclic s’est produit à la lecture de la transcription du discours prononcé récemment par Robert F. Kennedy Jr. à Milan, en Italie. Il met en lumière le rôle de la Central Intelligence Agency (CIA) dans la planification des pandémies au cours des 20 dernières années.

Il explique que la CIA ne s’occupe pas de santé publique, qu’elle renverse des gouvernements, et que le gouvernement qu’elle renverse en ce moment est « Nous, le peuple ».

Regardez son discours ici :

J’adore RFK, Jr. et ce discours est absolument génial. Il a toujours eu raison sur la pandémie depuis deux ans et sur l’autisme depuis 20 ans.

Je pense qu’il ferait un grand président, sur la base de ce bilan de perspicacité et de réussite. Mais j’avoue que je n’aime pas ce démontage.

Oui, nous sommes tous prêts à mourir avec nos bottes. Cependant, je veux vivre et je veux gagner et profiter des fruits de notre travail. Alors trouvons un moyen d’y parvenir.

Lisez la transcription du discours de Milan de RFK, Jr. ici :

Aucun gouvernement dans l’histoire de l’humanité n’a jamais renoncé volontairement au pouvoir. Le pouvoir qu’ils nous ont pris au cours des 20 derniers mois, ils ne le rendront jamais.

Ils ont supprimé notre liberté d’expression, ils ont fermé les églises, ils ont supprimé les procès avec jury contre les entreprises – quelle que soit leur négligence, quelle que soit leur imprudence, quelle que soit la gravité de votre blessure, vous ne pouvez pas poursuivre cette entreprise.

Ils nous ont enlevé nos droits de propriété aux États-Unis. Ils ont fermé un million d’entreprises pendant un an, sans compensation équitable et sans procédure régulière.

Ils nous ont retiré le droit de ne pas être soumis à des perquisitions, des saisies et une surveillance sans mandat de la part du gouvernement.

Aux États-Unis, tous ces droits sont énumérés dans la Déclaration des droits de la Constitution des États-Unis. Et parmi les plus importants de ces droits, après le droit à la libre expression, qui a disparu, figure le droit de pouvoir participer à l’élaboration des règles.

Ainsi, lorsque le gouvernement veut adopter une loi, il doit la publier, la proposer, en expliquer les fondements scientifiques, en faire une analyse coûts-avantages et l’expliquer au public.

Ensuite, nous avons des commentaires, auxquels tout le public peut participer, puis nous avons une audience où les personnes qui s’opposent à la loi, comme moi, apportent leurs propres scientifiques, experts et études scientifiques, et tout cela est transparent.

Tous ces garde-fous ont été effacés. Aujourd’hui, la loi est ce qu’un homme dit qu’elle est, le plus grand médecin des États-Unis, Anthony Fauci.

En un mois, en mars 2020, Tony Fauci a dit au monde que les masques ne fonctionnent pas, qu’ils sont scientifiquement sans valeur, deux mois plus tard il a ordonné à tous les Américains de mettre un masque.

Il ne nous a pas donné d’études scientifiques qui l’auraient fait changer d’avis, il nous a simplement dit, c’est la nouvelle loi, faites ce qu’on vous dit.

Tous ces droits pour lesquels les fondateurs de notre pays sont morts, ont sacrifié leurs biens, leurs moyens de subsistance, pour nous donner la Déclaration des droits, et tous ces droits, en 20 mois, ont été oblitérés, enlevés au peuple américain – mais pas seulement au peuple américain. Il s’agit d’un coup d’état global contre les démocraties libérales de la planète.

Et tous ces droits qui nous ont été retirés, ces gouvernements ont dit que ce n’était que temporaire. Ils ont dit que ça ne durerait que deux semaines.

En vérité, vous pouvez tous voir ce qui se passe : Ils ne les rendront jamais, à moins que nous ne les fabriquions.

Et le Green Pass (passeport vert) est leur coup d’état. Le Green Pass est la façon dont ils consolident leur pouvoir sur vos vies.

Le Green Pass n’est pas une mesure de santé publique. C’est un outil de contrôle totalitaire de vos transports, de votre compte bancaire, de vos déplacements, de tous les aspects de votre vie.

Et ce n’est pas une idée nouvelle. C’est la même idée qu’ils ont utilisée en Allemagne en 1937. Ils ont délivré un laissez-passer pour les personnes qu’ils voulaient contrôler. Et lorsque le gouvernement sud-africain de l’apartheid a voulu contrôler la population noire de l’Afrique du Sud, quelle a été la chose la plus importante qu’il a faite ? Ils ont délivré un laissez-passer vert.

Je veux que vous demandiez à toutes les personnes et aux journalistes et à la presse qui sont ici aujourd’hui. Si le Green Pass concerne la santé publique, pourquoi n’est-il pas délivré par le ministère de la santé ? Il est émis par le ministère des finances. Pensent-ils que nous sommes stupides ?

Parce que c’est un moyen de contrôler votre argent – une fois que vous avez ce Green Pass et qu’ils ont la monnaie numérique, si quelqu’un vous dit « Ne quittez pas Milan » et que vous partez en voyage à Bologne, votre argent ne fonctionnera pas à Bologne.

Si le gouvernement vous dit de ne pas acheter de pizza, il peut faire en sorte que votre argent ne vous permette pas d’acheter une pizza dans une pizzeria. Ils peuvent contrôler tous les aspects de votre vie.

Ils vous disent que nous avons besoin d’un Green Pass pour être sûrs que tout le monde soit vacciné. Mais ils l’admettent : le vaccin n’empêche pas la transmission, le vaccin n’empêche pas de contracter la maladie, le vaccin n’arrête pas la pandémie.

Alors pourquoi devons-nous nous faire vacciner si le vaccin n’arrête pas la transmission ?

Je vais vous parler pendant deux minutes – je vais parler des vaccins. Les gens disent que je suis contre les vaccins. Je ne suis pas contre les vaccins. Je suis seulement contre les mauvais vaccins.

Je ne vais pas vous dire ce que pense Robert Kennedy. Je vais vous dire ce que Pfizer a dit à la FDA [Food and Drug Administration] des États-Unis.

Pfizer est la société qui dispose d’un vaccin approuvé aux États-Unis. Et Pfizer était censé faire une étude de 3 ans, mais ils l’ont réduite à 6 mois. Et ensuite ils ont donné des vaccins à tous les témoins.

Pourquoi ont-ils fait ça ? Pourquoi ont-ils arrêté l’étude au bout de 6 mois ? Parce qu’ils ont appris que les anticorps disparaissent en 6 mois et que le vaccin ne protège plus. Ils ont donc dû y mettre fin dans 6 mois.

Ils n’ont pas pu faire ce qu’ils avaient prévu (3 ans). Ils ont pris tous leurs dossiers pour ces 6 mois et les ont donnés à la [the] FDA. Le tableau le plus important est celui qui indique la « mortalité toutes causes ».

Combien de personnes sont mortes dans le groupe vacciné, combien de personnes sont mortes dans le groupe placebo pendant cette période de 6 mois. Cette table s’appelle « S4 ». Vous pouvez tous le vérifier.

Voici ce que disent les chiffres. Le groupe vacciné en comptait 22 000. En 6 mois, une personne est morte de la COVID. Dans le groupe placebo – le groupe témoin – il y avait 22 000 personnes, deux sont mortes de la COVID en six mois.

Cela a permis à Pfizer de dire au public américain que le vaccin est efficace à 100 %, car deux est 100 % de un.

La plupart des Américains et des Italiens, lorsqu’ils entendent dire que le vaccin est « efficace à 100 % », pensent que s’ils prennent le vaccin, j’ai 100 % de chances de ne pas mourir de la COVID. Ce n’est pas ce que ça veut dire.

Cela signifie qu’ils doivent [to] donner 22 000 vaccins pour protéger une personne de mourir de la COVID. Cela signifie qu’ils doivent s’assurer que le vaccin lui-même ne tue pas une seule personne, car s’il en tue une seule, cela annule tout le bénéfice.

Voilà ce qui est important. Dans le groupe vacciné, 20 personnes sont mortes en six mois, toutes causes confondues, soit 20 personnes sur 22 000. Dans le groupe témoin, seules 14 personnes sont mortes [out] sur 22 000. Cela signifie que si vous prenez le vaccin, vous avez 48 % plus de risques de mourir au cours des six mois suivants que si vous ne le prenez pas.

Ce sont les chiffres de Pfizer, pas les miens. Voici comment les gens sont morts.

Dans le groupe témoin, une personne est décédée d’une crise cardiaque au cours des six mois. Dans le groupe vacciné, 5 personnes sont décédées d’une crise cardiaque au cours des 6 mois. Cela signifie que si vous recevez le vaccin, vous avez un risque de 500 % de subir une crise cardiaque mortelle dans les six mois.

Cela signifie également que pour chaque personne sauvée de la mort par la COVID, le vaccin tue quatre personnes par crise cardiaque.

Ce n’est pas une bonne politique de santé publique. La santé publique est censée sauver des vies. Mais il s’agit de contrôle, de contrôle de notre société et de contrôle de nos enfants.

Et la seule raison pour laquelle les gens ne comprennent pas ce que je viens de dire et qu’ils continuent à soutenir le vaccin est une seule raison : la manipulation de la peur.

Il s’agit de mathématiques simples. N’importe qui peut le vérifier. Si vous faites des recherches, vous serez plus effrayé par ce vaccin que par la COVID.

Mais le gouvernement et les laboratoires pharmaceutiques disposent d’une méthode pour éteindre le cerveau des gens, de sorte qu’ils ne peuvent plus faire de simples mathématiques. Ce dispositif est la peur.

La peur nous empêche d’exercer notre esprit critique. Elle nous permet de croire que si nous faisons simplement ce qu’on nous dit, c’est le seul moyen de sauver nos vies.

Cela s’appelle le « Syndrome de Stockholm ». Et les ravisseurs, ils enferment tout un pays pendant un an, et les gens deviennent reconnaissants envers leurs ravisseurs et pensent que la seule façon de partir d’ici vivants est d’avoir une obéissance absolue.

Je vais faire une dernière remarque et c’est la suivante : Combien de personnes ici ont entendu parler de l’événement 201 ?

Si vous n’en avez pas entendu parler, vous devriez aller le regarder sur Youtube. L’événement 201 était une simulation d’une pandémie de coronavirus qui s’est produite à New York en octobre 2019.

Nous savons maintenant que la COVID circulait à Wuhan le 12 septembre 2019, donc un mois plus tard, il y a une pandémie de coronavirus simulée à New York.

Les personnes qui y ont participé étaient les grandes entreprises de médias sociaux, les entreprises de médias, Johnson & Johnson, la plus grande entreprise de vaccins, et l’événement était organisé par trois personnes : 1) Bill Gates, 2) George Fu Gao qui est à la tête des CDC chinois, et 3) Avril Haines, la directrice adjointe de la CIA.

Avril Haines est aujourd’hui l’espionne numéro un aux États-Unis. Elle est à la tête de l’agence de sécurité nationale de Joe Biden, elle est donc passée de l’événement 201 à l’espionne la plus importante de notre pays.

Qui savait que la CIA est une agence de santé publique ? C’était une surprise pour moi. Parce que la CIA n’est pas dans le domaine de la santé publique. La CIA fait des coups d’états.

Entre 1947 et 2000, la CIA a participé à 73 coups d’État, la plupart contre des démocraties, soit un tiers des pays du monde.

Si vous regardez l’événement 201, il n’y a pas eu de discussion sur la santé publique. Personne ne s’est demandé comment fournir de la vitamine D à tous les gens ? Comment faire pour que les gens perdent du poids ? Comment s’assurer qu’ils mangent bien ?

Comment réutiliser les médicaments pour traiter les gens ? Comment mettre les malades en quarantaine ? Comment préserver les droits constitutionnels ? Pas un mot n’a été dit sur la santé publique.

Au lieu de cela, ce dont ils parlaient, c’était de savoir comment utiliser la pandémie comme prétexte pour mettre en place des contrôles totalitaires et déconstruire la démocratie.

Ils ont passé un quart de la journée à discuter de la manière de s’assurer que personne n’est autorisé à répandre la rumeur selon laquelle la pandémie de coronavirus est générée en laboratoire.

Nous sommes en octobre 2019 ! Et ils parlent de la façon de verrouiller la population, de la façon de la forcer à prendre des vaccins expérimentaux, de la façon de s’assurer que les Noirs ne commencent pas à résister.

Parce que dans notre pays, les Noirs sont très méfiants à l’égard du corps médical, et cette résistance les inquiétait beaucoup.

Lorsque j’ai fait des recherches pour mon livre, j’ai appris que cet événement, l’événement 201, n’était pas un événement unique. Nous avons trouvé 20 simulations distinctes de pandémie à partir de 2000.

Ils avaient une chose en commun – la plupart dans lesquels Bill Gates était impliqué, Tony Fauci était impliqué – mais tous dans lesquels la CIA était impliquée. La CIA a écrit le scénario – de hauts responsables de la CIA ont participé à chacune de ces simulations de pandémie.

Et ils ont impliqué des centaines de milliers de personnes. Elles ont été menées secrètement. Ils ont utilisé des travailleurs de première ligne, ils ont formé la police, les systèmes hospitaliers et les services publics en Europe, en Italie, en Allemagne, au Canada, en Australie, tous en même temps, pour répondre à une pandémie, mais ce n’était pas une réponse de santé publique.

C’était une réponse pour utiliser la pandémie pour autre chose.

Ils se sont donc exercés encore et encore et encore : Comment utiliser la pandémie comme prétexte pour imposer des contrôles totalitaires et pour anéantir la démocratie libérale sur toute la planète.

L’une des expériences qu’ils ont utilisées s’appelle l’expérience de Milgram – c’était une expérience de la CIA en 1967 – et la CIA a découvert que si un puissant responsable médical ordonne aux gens de faire quelque chose de mal, quelque chose qui viole leur conscience, qui viole leurs valeurs fondamentales, 67 % des gens obéiront à l’autorité plutôt qu’à leurs valeurs.

Et 67 % des gens seront hypnotisés par la peur pour obéir à une position d’autorité, une figure d’autorité. Mais 33 % du peuple n’obéira pas. Et vous êtes les 33 %.

Et notre travail consiste à sortir d’ici aujourd’hui et à tendre la main à nos frères et sœurs – les personnes qui sont encore hypnotisées – et à leur dire que nous allons nous battre pour leur liberté jusqu’à ce qu’ils soient capables de se battre pour elle eux-mêmes.

En sortant d’ici aujourd’hui, nous devons tendre la main à tous nos frères et sœurs, les 67 % qui sont encore hypnotisés, et nous devons leur dire que vous devez aimer votre liberté plus que vous n’avez peur d’un microbe.

Cette année, nous avons assisté à la destruction de la Constitution américaine. Cette Constitution a été écrite par un groupe de personnes qui ont compris qu’il y a des choses pires que la mort.

Et ils ont mis leur vie en première ligne, leurs biens, leurs carrières, leurs moyens de subsistance, pour se battre pour la liberté et pour lutter pour ces droits que nous avons perdus au cours des 20 derniers mois.

Et maintenant c’est notre travail, c’est le travail de tout le monde dans cette foule, de sortir et de se battre, de résister, résister, résister, résister et récupérer notre gouvernement, récupérer nos vies, récupérer notre liberté, pour nos enfants, pour notre pays et pour toutes les générations futures.

Et je peux vous dire ceci. Je me tiendrai côte à côte avec vous, et si je dois mourir pour cela, je mourrai avec mes bottes.

Cet article a été initialement publié sur Substack.