Au début de l’année 2020, on s’est beaucoup interrogé sur l’origine du virus, appelé plus tard SARS-CoV-2.

Dans un excellent article détaillé écrit au début du mois pour le Bulletin of the Atomic Scientists, Nicholas Wade, ancien rédacteur scientifique du New York Times, a décrit comment deux courts articles publiés en mars 2020 – l’un dans The Lancet et un dans Nature Medecine – ont déterminé la manière dont cette discussion serait canalisée vers le public.

Ces deux pièces extraordinairement influentes, publiées chacune sous le titre de “correspondance”, ont été reprises par les médias grand public pendant un an. Toutes deux visaient clairement à couper court à toute discussion sur la possibilité que le virus ait été créé dans un laboratoire.

Écoutez ici Robert F. Kennedy, Jr. et moi-même discuter de ces questions :

Lorsque j’ai lu les articles du Lancet et de Nature en mars 2020, il est devenu immédiatement évident que chacun d’entre eux était conçu comme un outil de propagande. Aucun des deux n’était basé sur la science.

J’étais tellement intrigué par ces articles que j’ai fait des recherches sur le web pour mieux les comprendre. C’est alors que j’ai découvert Francis Collins, directeur des National Institutes of Health (NIH), qui avait publié un blogue le 26 mars 2020 sur l’article de Nature, suggérant que l’article devrait mettre fin aux théories de conspiration sur l’origine de laboratoire [du Covid] .

Collins écrivait :

“Quoi qu’il en soit, cette étude laisse peu de place pour réfuter une origine naturelle du COVID-19. Et c’est une bonne chose car cela nous aide à rester concentrés sur ce qui compte vraiment : observer une bonne hygiène, pratiquer la distanciation sociale et soutenir les efforts de tous les professionnels de la santé et des chercheurs dévoués qui travaillent si dur pour relever ce défi majeur de santé publique.”

Je me suis demandé pourquoi cinq scientifiques par ailleurs crédibles avaient signé l’article de Nature – et pourquoi Collins avait approuvé la conclusion de l’article – alors que les arguments avancés dans l’article étaient, à mon avis, absurdes.

J’ai fini par conclure que les auteurs avaient été poussés à écrire l’article par une “main cachée”.

Comment en étais-je arrivé à cette conclusion, avant même que les courriels du Dr Anthony Fauci ne soient découverts ce mercredi ?

Il y a plusieurs mois, dans un autre courriel obtenu par U.S. Right to Know, nous avoins appris que Peter Daszak, PDG de l’organisation à but non lucratif EcoHealth Alliance, était l’auteur principal mais caché de l’article du Lancet.

M. Daszak était également le principal bénéficiaire de la conclusion de l’article – à savoir que le virus a évolué dans la nature – puisque son organisation avait été utilisée comme intermédiaire pour envoyer de l’argent du National Institute of Allergy & Infectious Diseases (NIAID), dirigé par M. Fauci, au Wuhan Institute of Virology, à Wuhan, en Chine. (Certains pourraient considérer cette méthode d’octroi de subventions comme une façon fantaisiste de blanchir de l’argent).

Daszak, comme Fauci, gagnait plus de 400 000 dollars par an. Il était également membre de l’ équipe d’enquête sur les origines du COVID de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et avait été choisi comme chef de l’équipe d’enquête sur les origines du COVID du Lancet, qui semble aujourd’hui hors d’usage.

L’OMS et le Lancet semblent donc être des co-conspirateurs, choisissant le renard (Daszak) pour garder le poulailler (la théorie selon laquelle le COVID a évolué dans la nature).

La publication ce mercredi des emails de Fauci, obtenus par BuzzFeed News grâce à la loi sur la liberté d’information, permettent d’éclaircir une partie du mystère qui entoure la raison pour laquelle cinq scientifiques de renom ont cosigné des bêtises – que la vénérable revue Nature a publiées, et qui ont ensuite servi de base pour soutenir la théorie de l’origine naturelle.

L’un des courriels indique clairement qu’Andersen, auteur principal de l’article de Nature, savait qu’il participait à une escroquerie. Dans un courriel adressé à M. Fauci le 1er février 2020, M. Andersen a exprimé ses propres inquiétudes quant à certaines “caractéristiques inhabituelles du virus”. Andersen semble s’inquiéter que ces caractéristiques suggèrent une manipulation au laboratoire.

Mais Andersen rassure ensuite Fauci : “Les caractéristiques inhabituelles du virus ne représentent qu’une infime partie du génome (<0,1 %). Il faut donc examiner de très près toutes les séquences pour voir que certaines de ces caractéristiques ont (potentiellement) l’air d’être modifiées”.

Courriel de Fauci

Dans un autre courriel adressé à Fauci, Andersen remercie trois personnes incroyablement importantes – Fauci, Collins et Sir Jeremy Farrar – pour leurs “conseils et leur leadership” concernant le document. Tous trois sont des chercheurs et médecins qui consacrent plus d’argent à la recherche médicale que quiconque dans le monde, à l’exception peut-être de Bill Gates.

Courriel de Fauci

Fauci dirige le NIAID, Collins est le directeur du NIH (nominalement le patron de Fauci) et Farrar est le directeur du Wellcome Trust. Farrar a également signé la lettre du Lancet. Il est également président du groupe consultatif scientifique du plan directeur de l’OMS pour la recherche et le développement, ce qui l’a placé aux commandes de l’essai Solidarité de l’OMS , au cours duquel 1 000 sujets ont reçu à leur insu une surdose d’hydroxychloroquine afin de couler l’utilisation de ce médicament pour le COVID.

M. Farrar avait travaillé au Viêt Nam, où la malaria était très présente, et il avait également participé à l’étude du SRAS-1 dans ce pays. Il a en outre joué un rôle central dans la mise en place de l’essai Recovery en Grande-Bretagne, au cours duquel 1 600 sujets ont été soumis à un surdosage en hydroxychloroquine.

Même si Farrar n’avait pas une idée de la dose correcte de chloroquine grâce à son expérience au Vietnam, lui, Fauci et Collins auraient appris l’existence de telles surdoses après que le Brésil ait raconté au monde entier comment ils avaient par erreur surdosé des patients lors d’un essai de chloroquine pour le COVID. La révélation a été faite dans un article publié dans le JAMA à la mi-avril 2020. Au Brésil, 39 % des sujets ayant reçu de fortes doses de chloroquine sont morts, à l’âge moyen de 50 ans.

Pourtant, les essais Solidarity et Recovery sur l’hydroxychloroquine se sont poursuivis jusqu’en juin, ne s’arrêtant qu’après la découverte de leurs doses extrêmes.

Fauci s’est assuré de contrôler les recommandations de traitement du COVID émises par le NIAID, déconseillant à la fois les médicaments à base de chloroquine et l’ivermectine. Le NIAID de Fauci a également annulé le premier essai à grande échelle du traitement à l’hydroxychloroquine dans les cas de maladie précoce, après que seuls 20 des 2 000 sujets attendus aient été recrutés.

Que signifie tout cela ?

  1. Il y a eu une conspiration entre les cinq auteurs de l’article de Nature et les dirigeants du NIH, du NIAID et du Wellcome Trust pour dissimuler l’origine de laboratoire du COVID.
  2. Il y a eu une conspiration impliquant Daszak, Fauci et d’autres pour pousser la théorie de l’origine naturelle. (Voir les autres courriels dans la publication récente).
  3. Il y a eu une conspiration impliquant Daszak pour écrire la lettre du Lancet et cacher sa provenance, pour pousser la théorie de l’origine naturelle et dépeindre toute autre idée comme une théorie de la conspiration. L’article du blog de Collins est un autre élément de cette histoire.
  4. Farrar a été intimement impliqué dans les deux grands essais de surdosage d’hydroxychloroquine, dans lesquels environ 500 sujets au total sont morts.
  5. Farrar, Fauci et Collins ont retenu des fonds de recherche qui auraient pu soutenir des essais de qualité sur l’utilisation de médicaments à base de chloroquine, d’ivermectine et d’autres médicaments reconvertis qui auraient pu renverser la pandémie.
  6. Les quatre personnes citées ici – Fauci, Daszak, Collins et Farrar – sont-elles intimement impliquées dans la création de la pandémie, ainsi que dans la prolongation et les traitements inappropriés utilisés pendant la pandémie ?

Pour plus d’informations, lisez nos deux précédents billets sur ce sujet datant de mars et avril 2020. Je ne veux pas m’attribuer indûment le mérite de ces découvertes – Dan Sirotkin a remarqué et écrit sur l’article de Nature avant moi, et a écrit de façon lucide à ce sujet. Je n’ai vu ses écrits que bien plus tard.