Le 31 août, Children’s Health Defense (CHD) a intenté une action en justice devant le tribunal de district des États-Unis, le district Est du Tennessee, contre la Food and Drug Administration (FDA) et sa directrice par intérim, le Dr Janet Woodcock, pour leur autorisation prétendument trompeuse et précipitée du vaccin Comirnaty de Pfizer.

CHD affirme que l’homologation était un « leurre » classique, permettant à Pfizer, à l’administration Biden, au militaire américaine et aux employeurs d’exhorter les gens à prendre des vaccins « homologués » alors qu’en fait les vaccins disponibles et administrés étaient toujours les vaccins Pfizer-BioNTech avec autorisation d’utilisation en urgence (EUA).

Selon l’action en justice, la FDA a violé la loi fédérale en autorisant simultanément le vaccin « Comirnaty » de Pfizer et en prolongeant l’EUA de Pfizer pour son vaccin qui a la « même formulation » et qui « peut être utilisé de manière interchangeable », selon la FDA.

La loi (21 U.S. Code § 360bbb-3-(3)) sur « l’autorisation des produits médicaux à utiliser en cas d’urgence » exige que la désignation EUA ne soit utilisée que lorsqu’il « n’existe pas d’alternative adéquate, approuvée et disponible, au produit pour diagnostiquer, prévenir ou traiter cette maladie ou cet état ».

L’action en justice allègue qu’une fois que la FDA a approuvé et homologué le vaccin Comirnaty de Pfizer, il n’y avait plus aucune raison pour la FDA de préserver le statut EUA pour le vaccin Pfizer-BioNTech qui, selon Pfizer, a la « même formulation » et est « interchangeable ».

Il n’y a pas non plus de raison de conserver le statut d’EUA pour d’autres vaccins contre la COVID pour le même usage et pour la même population que le vaccin Comirnaty de Pfizer, selon la plainte.

« La FDA doit justifier ses actions en audience publique, » a déclaré Mary Holland, présidente et avocate générale de la CHD. « Le langage de son homologation est presque incompréhensible, et le résultat des vaccins homologués et non homologués pour la même indication est arbitraire. »

La CHD demande au tribunal d’annuler et de renvoyer les décisions de la FDA d’homologuer le vaccin Comirnaty de Pfizer et de prolonger l’EUA pour le vaccin Pfizer-BioNTech.

Les avocats Robert F. Barnes et Derek Jordan du cabinet Barnes Law sont les avocats principaux avec le président et le conseiller juridique en chef de la CHD, Robert F. Kennedy, Jr. et d’autres avocats de la CHD.

Le 16 mai, la CHD a soumis une pétition citoyenne à la FDA demandant à l’agence, entre autres choses, de révoquer tous les EUA du vaccin contre la COVID et de s’abstenir d’approuver tout futur EUA, toute nouvelle demande de médicament ou toute demande de licence biologique pour tout vaccin contre la COVID pour tous les groupes démographiques parce que les risques d’événements indésirables graves ou de décès l’emportent sur les avantages, et parce que les médicaments existants et approuvés fournissent une prophylaxie et un traitement très efficaces contre la COVID, rendant ainsi les EUA caduques. La pétition a recueilli plus de 30 000 commentaires du public.

Le 23 août, le jour même où la FDA a homologué le vaccin Comirnaty de Pfizer, l’agence a répondu à la pétition de la CHD. Cette autorisation et la réponse de la FDA ont ouvert la voie administrative à la poursuite de la CHD.