Les enfants de moins de 5 ans devront probablement recevoir trois doses du vaccin COVID, a déclaré Dr Anthony Fauci lors d’une interview jeudi avec Blue Star Families, un groupe à but non lucratif qui soutient les familles de militaires.

M. Fauci a déclaré qu’il espérait que la Food and Drug Administration (FDA) américaine autoriserait le mois prochain le Pfizer-BioNTech pour le groupe d’âge le plus jeune :

« J’espère que ce sera d’ici un mois environ et pas beaucoup plus tard, mais je ne peux pas le garantir.

Je ne peux pas devancer la FDA. Je vais devoir les laisser faire. »

Il a ensuite précisé dans une déclaration à CNBC qu’il n’était pas impliqué dans le processus d’approbation de la FDA, en disant :

« Je n’ai pas du tout voulu laisser entendre que l’autorisation viendrait dans un mois. Je voulais dire que nous ne savons pas… Je ne suis pas impliqué dans cette décision. »

Deux essais cliniques distincts du vaccin COVID de Pfizer-BioNTech sont en cours : l’un concerne des enfants âgés de 6 mois à 2 ans, l’autre des enfants âgés de 2 à 4 ans.

 

« Deux injections n’ont pas induit une réponse immunitaire adéquate chez les enfants de 2 à 4 ans dans les essais cliniques de Pfizer », rapporte CNBC.

Au cours de l’interview de jeudi, M. Fauci a déclaré: « [l]e traitement et le régime pour les enfants de 6 mois à 24 mois ont bien fonctionné, mais il s’est avéré que l’autre groupe de 24 mois à 4 ans n’a pas encore atteint le niveau de non-infériorité, donc les études se poursuivent. »

Pfizer a déclaré le 17 décembre 2021 dans uncommuniqué de presse, que la société a annoncé son intention de soumettre des données à la FDA au cours du premier semestre de cette année si l’étude à trois doses est concluante, ajoutant que la société n’a pas identifié de problèmes de sécurité avec les doses de 3 microgrammes administrées aux enfants participant aux deux essais.

En comparaison, les adultes reçoivent deux doses de 30 microgrammes dans le cadre de la série primaire de deux injections.

Au début du mois, le 3 janvier, la FDA a prolongé l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de Pfizer pour une dose de rappel de son vaccin COVID destiné aux jeunes de 12 à 15 ans.

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’ il n’y avait aucune preuve que les enfants et les jeunes adultes en bonne santé avaient besoin de rappels de COVID.

Le vaccin Pfizer-BioNTech est également le seul vaccin COVID dont l’administration est actuellement autorisée pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.

Dr Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), a déclaré au début du mois de janvier que rien ne prouve que la variante Omicron provoque une maladie plus grave chez les enfants, par rapport aux souches antérieures du virus, ce qui soulève des questions sur la nécessité de vacciner les jeunes enfants.

Comme l’a précédemment rapporté The Defender, la pression pour autoriser les vaccins COVID pour les jeunes enfants pourrait être liée au fait que les fabricants de vaccins bénéficient de protections légales pour les vaccins destinés aux enfants.

En vertu de la National Childhood Vaccine Injury Act de 1986, lorsque le Comité consultatif pour les pratiques d’immunisation du CDC place un vaccin sur le calendrier des vaccins obligatoires pour enfants, les fabricants de vaccins sont protégés de toute responsabilité en cas de réclamation pour préjudice.

Cependant, tant que son vaccin COVID pour enfants reste sous l’EUA, Pfizer bénéficiera également des protections en matière de responsabilité prévues par la Public Readiness and Emergency Preparedness Act. Dans tous les cas, le fabricant de vaccins ne sera pas tenu responsable si son produit nuit aux jeunes enfants.

Alors que les États-Unis font pression pour que les vaccins COVID soient administrés aux enfants dès l’âge de 6 mois, les autorités sanitaires suédoises ont annoncé cette semaine qu’elles ne recommanderaient pas ces vaccins pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.

Britta Bjorkholm, fonctionnaire de l’Agence suédoise de la santé, a déclaré: « Avec les connaissances dont nous disposons aujourd’hui, le risque de maladie grave étant faible pour les enfants, nous ne voyons pas d’avantage évident à les vacciner. »

La Norvège a choisi de rendre les vaccins COVID facultatifs pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.

L’Institut norvégien de la santé publique a déclaré que le risque de maladie grave chez les enfants provoqué par la COVID est faible et que, par conséquent, la nécessité pour les enfants de recevoir un vaccin contre le COVID est limitée.

L’annonce de la Norvège a, à son tour, incité la Société danoise de pédiatrie à demander que l’autorité sanitaire danoise revienne sur sa décision de recommander la vaccination contre la COVID-19 pour les enfants au Danemark.