Le Parlement européen votera la semaine prochaine sur un “laissez-passer vert” numérique que les personnes devront présenter pour prouver qu’elles ont été vaccinées ou que leur test de dépistage du COVID est négatif.

Ce passeport serait nécessaire pour voyager entre les pays de l’UE. Toute personne voyageant en dehors de l’UE pourrait également être tenue de présenter un passeport équivalent.

Children’s Health Defense (CHD) demande à la population des États-Unis et de l’UE d’appeler les membres du Parlement européen (MEP) et de leur demander de rejeter le Pass Vert.

Téléchargez la liste des députés européens. Cliquez sur chaque nom pour être redirigé vers la page du site web du Parlement européen, où vous trouverez le numéro de téléphone direct de chacun d’entre eux.

Téléchargez également cette liste de comptes de médias sociaux des députés européens et taguez-les dans vos messages sociaux pour leur demander de rejeter le Pass Vert.

Le passeport vert proposé comprendrait des informations sur la marque du vaccin reçu par une personne, la date et le lieu de l’inoculation, et le nombre de doses administrées, ainsi que des informations provenant d’un laboratoire ou d’un hôpital confirmant des résultats négatifs.

Les membres de l’UE se sont déjà mis d’accord sur les spécifications techniques du laissez-passer numérique, et il est prévu de lancer une phase pilote au début de l’été.

“Les citoyens américains devraient s’inquiéter du fait que si l’UE approuve le passeport vert, cela créera un précédent pour que les États-Unis développent et exigent également des passeports vaccinaux”, a déclaré Mary Holland, présidente de CHD. “C’est pourquoi nous demandons à tout le monde, et pas seulement aux personnes qui vivent en Europe, d’appeler les députés européens”.

Le président de CHD, Robert F. Kennedy, a écrit au Parlement européen au nom de CHD, déclarant que le CHD est “profondément préoccupé par les conséquences involontaires de la crise du COVID, y compris la façon dont elles affectent les enfants dans le monde entier.”

Dans la lettre de Kennedy ci-dessous, il déclare que le laissez-passer vert “promet la liberté. Mais lorsque la porte reste verrouillée et que seuls les détenteurs de la clé peuvent passer, sommes-nous libres ? Un laissez-passer pour la liberté est, dans sa nature, une garantie de discrimination.”

Voici la lettre de Kennedy au Parlement européen :

Lettre aux membres du Parlement européen pour demander le rejet du certificat numérique vert

La liberté n’a pas besoin de laissez-passer, mais le peuple a besoin de liberté.

Chers membres du Parlement européen,

Nous écrivons en tant que président de Children’s Health Defense (CHD), une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis, et présidente de CHD-Europe. Notre organisation mondiale de défense des droits cherche à protéger la santé des enfants en dénonçant les causes de mauvaise santé et en traduisant en justice ceux qui nuisent à leur santé. Nous sommes profondément préoccupés par les conséquences involontaires de la crise du COVID, notamment la manière dont elles affectent les enfants dans le monde entier.

Nous nous opposons à l’adoption par le Parlement du “Passeport Vert” (Certificat Vert Numérique CVN, introduit le 17 mars 2021 avec la proposition #COM 2021 130) sans débat approfondi et vigoureux. Alors que l’objectif du laissez-passer vert est de faciliter les déplacements pendant la pandémie de COVID-19, nous craignons qu’il ne fasse exactement le contraire : Il va étouffer les voyages et les interactions humaines.

Je vous écris en tant que président du conseil d’administration de Children’s Health Defense Europe au sujet de la proposition de certificat numérique vert, et suite à ma lettre très médiatisée du 22 mars 2021 sur ce sujet important.

Il est clair que nous vivons une époque exceptionnelle, puisque l’Union européenne s’empresse de mettre en place un nouveau “cadre universel” pour le contrôle des maladies dans l’espace Schengen. Il s’agit d’une réponse à la cascade soudaine, l’année dernière, d’États membres fermant leurs portes aux citoyens européens par crainte de la maladie.

L’UE nous offrirait maintenant la clé : une carte de vaccination sous la forme de certificats numériques “interopérables”, qui serait connue sous le nom de certificat numérique vert. La proposition d’un CVN promet la liberté. Mais lorsque la porte reste verrouillée, et que seuls les détenteurs de la clé peuvent passer, sommes-nous libres ? Le droit à la liberté est, par nature, une garantie contre la discrimination.

En effet, le 19 avril, l’OMS a demandé que tout projet visant à faire de la preuve de la vaccination une condition d’entrée soit abandonné en raison de ses conséquences inévitablement discriminatoires.

Un groupe interdisciplinaire belge de juristes et de scientifiques a démontré dans une analyse juridique approfondie que cette proposition constitue un “obstacle disproportionné, inefficace et injuste à la libre circulation des citoyens européens”, notamment en raison des affirmations scientifiques incomplètes et inexactes sur lesquelles elle s’appuie pour se justifier.

L’affirmation de la Commission selon laquelle l’introduction de restrictions à la libre circulation facilitera en quelque sorte l’exercice de ce même droit est tout simplement absurde.

Malgré ses dangers inhérents, la proposition de système de contrôle des frontières grâce au CVN ne bénéficie pas du complément habituel d’évaluation d’impact, d’analyse coûts-avantages et de consultation publique. En tant que députés européens, vous savez que les règles du programme “Mieux légiférer”, récemment introduites, soulignent l’importance de ces procédures pour maintenir l’équilibre des pouvoirs en Europe.

Étant donné que les informations pertinentes sont facilement accessibles, nous pensons que la Commission a peut-être commis cette omission par erreur lors de l’élaboration de la proposition. En réponse, des initiatives populaires ont vu le jour dans toute l’Europe, notamment la pétition sur le COVID-19 et les droits et libertés fondamentaux portée par 21 citoyens et organisations de 17 États membres afin de demander la création d’une commission parlementaire chargée d’enquêter sur la gestion de la crise ; un comité ad hoc composé de scientifiques et de juristes de différents pays et organisations pour analyser la science et le droit sous-jacents de la proposition ; et le groupe Doctors for COVID Ethics, qui a averti l’Agence européenne des médicaments et le Parlement européen des risques graves associés aux vaccins COVID-19 en Europe grâce à des lettres personnelles et une correspondance ouverte. Face au sentiment croissant des citoyens européens, il est de notre devoir de veiller à ce que les parlementaires disposent des moyens nécessaires à un débat approfondi et ouvert.

Par conséquent, par respect pour la souveraineté parlementaire et dans l’espoir de susciter un débat animé et constructif, nous aimerions que vous considériez les motifs ci-dessous. Si vous trouvez notre argument convaincant, vous pourriez envisager de voter, lors de la session plénière, en faveur de l’amendement proposé par M. Rob Rooken, député européen, pour le rejet complet de cette proposition impopulaire.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Robert F. Kennedy, Jr, président du conseil d’administration de Children’s Health Defense Europe, Senta Depuydt, présidente de Children’s Health Defense Europe