Pour la cinquième fois cette année, YouTube a suspendu la chaîne YouTube du sénateur Ron Johnson (R-Wis.) – cette fois pour avoir « diffusé des informations erronées » dans une vidéo d’une table ronde du 2 novembre réunissant des scientifiques, des médecins et des personnes blessées par les vaccins COVID. Ou comme Johnson l’a dit dans un tweet : « Pour la 5e fois cette année, @YouTube me censure pour m’empêcher de vous dire la vérité. »

Un porte-parole de YouTube a déclaré à The Hill que la plateforme avait suspendu le compte de Johnson pendant une semaine, à compter du 13 novembre, et avait supprimé une partie de la vidéo de la table ronde, d’une durée de quatre heures, mais avait autorisé la diffusion d’une version plus courte.

Le porte-parole a déclaré :

« Nous élaborons nos politiques pour réduire le risque de préjudice réel, en les mettant à jour au fur et à mesure de l’évolution des directives officielles, et nous tenons compte du contexte d’une vidéo pour faire des exceptions qui équilibrent la discussion ouverte des expériences des gens avec la prévention de la diffusion de fausses informations nuisibles. »

Commentant la suspension, Robert F. Kennedy, Jr, président de Children’s Health Defense, a déclaré :

« Ron Johnson, seul parmi les 535 sénateurs et représentants américains, a eu le courage de s’opposer à l’intimidation de Big Pharma à l’égard des personnes blessées par un vaccin. La conspiration visant à le faire taire et à censurer les voix des experts et des Américains blessés est caractéristique de l’assaut corrompu contre la décence humaine et la démocratie américaine. »

YouTube a reproché à Johnson d’avoir fait référence au nombre de rapports de décès et de blessures soumis au système gouvernemental Vaccine Adverse Event Reporting System ( VAERS – l’équivalent de la base de données européenne des rapports sur les effets indésirables).

Johnson a déclaré au panel le 2 novembre que 7 619 décès survenus après l’administration de vaccins COVID avaient été signalés au VAERS.

« C’est 225 fois le nombre de décès en seulement 10 mois par rapport à un chiffre annuel pour le vaccin contre la grippe », a déclaré Johnson. « Ces blessures liées au vaccin sont réelles. »

YouTube s’est également opposé au témoignage du Dr Robert Kaplan, membre de la commission, professeur à l’école de santé publique et de médecine de l’université de Californie, Los Angeles, et ancien fonctionnaire des National Institutes of Health.

Dr Kaplan a déclaré à la commission qu’il avait analysé les données des essais cliniques menés par Pfizer et Moderna et qu’il avait constaté que les taux de mortalité étaient identiques chez les personnes ayant reçu un vaccin et celles ayant reçu un placebo.

Il s’est également dit préoccupé par « l’intégrité de la recherche, et le processus utilisé pour autoriser, approuver et rendre obligatoires les vaccins pendant cette situation d’urgence. »

Si le compte de Johnson enfreint à nouveau la politique de YouTube dans les 90 jours, il sera suspendu pendant deux semaines. En vertu de la politique de trois fautes de YouTube, une troisième violation pendant 90 jours entraînera la suspension permanente de la chaîne.

Dans une déclaration fournie à The Hill, Johnson a déclaré :

« Une fois de plus, Big Tech censure la vérité. Pourquoi ne laissent-ils pas les personnes blessées par un vaccin raconter leur histoire et les experts médicaux donner un deuxième avis ? Pourquoi ne pouvons-nous pas discuter des effets néfastes des mandats ? Apparemment, l’administration Biden et les agences fédérales de santé ne doivent pas être remises en question. Combien d’autres vies seront inutilement détruites ? »

M. Johnson, qui critique ouvertement la réponse du gouvernement face à la COVID et défend les intérêts des personnes blessées par le vaccin, a tenu en juin une conférence de presse pour attirer l’attention sur les personnes qui, selon lui, ont été « constamment ignorées » par la communauté médicale.

« Nous sommes tous pro-vaccins », a déclaré M. Johnson au début de la conférence de presse. En fait, Johnson a reçu tous les vaccins contre la grippe depuis la grippe porcine, il est à jour dans tous ses vaccins et il a été un grand partisan de l’opération Warp Speed, bien qu’il n’ait pas reçu de vaccin COVID parce qu’il avait déjà eu la COVID.

M. Johnson a déclaré que son objectif était d’offrir une tribune à ces personnes qui ont été blessées par les vaccins COVID, afin que la communauté de la santé et les médias grand public les reconnaissent et s’attaquent à la cause profonde – afin de trouver une solution à ces problèmes.