La légende du baseball Hank Aaron, qui a reçu le vaccin Covid de Moderna le 5 janvier, est décédé. Selon le New York Times, les Braves d’Atlanta ont confirmé aujourd’hui la mort de cette légende du sport âgée de 86 ans, mais n’ont pas fourni plus de détails.

CNN a rapporté qu’Aaron est mort « paisiblement dans son sommeil », et qu’aucune cause de décès n’a été divulguée.

Aaron a fait la Une des médias plus tôt ce mois-ci quand il a été photographié alors qu’il se faisait injecter le vaccin Moderna. Il a déclaré à l’Associated Press à l’époque que se faire vacciner « me fait me sentir exceptionnel. » Il a ajouté :

« Je n’ai pas de scrupules à ce sujet, vous savez. Je suis très fier de moi d’avoir fait quelque chose comme ça. … C’est juste une petite chose qui peut aider des milliards de personnes dans ce pays.

Aaron a été vacciné à la clinique Morehouse School of Medicine à Atlanta, ce que les nouvelles ont rapporté comme étant une tentative pour inspirer d’autres Noirs américains à monter au créneau et à se faire vacciner. L’AP a signalé à l’époque :

« Retroussant leurs manches pour prendre la première des deux doses, ces octogénaires, leurs conjoints et plusieurs autres chefs de file des droits civiques qui ont reçu leurs injections dans une toute nouvelle clinique de la Morehouse School of Medicine, ont ainsi reconnu le climat de méfiance que beaucoup d’Afro-Américains ont envers la recherche médicale, découlant de l’infâme Expérience Tuskegee sur la syphilis dans laquelle des médecins américains pour mieux connaître l’évolution de la syphilis lorsqu’elle n’est pas traitée, ont laissé la syphilis non traitée chez les hommes noirs, sans en informer les sujets, sans leur consentement, ce qui les a fait souffrir inutilement.

En décembre, VOX a fait état du lancement d’une campagne mondiale utilisant des influenceurs et des célébrités pour aider à surmonter « l’hésitation vaccinale », déclarant qu’elle « sera sans précédent » et que de nombreuses institutions auront un rôle à jouer, y compris le gouvernement et les autorités de santé publique.

Toutefois, les responsables de la santé continuent de faire face à des oppositions, y compris de la part des travailleurs du secteur de la santé.

Des effets indésirables du vaccin COVID ont été signalés dans le monde entier. L’Allemagne et la Norvège ont signalé un total de 43 décès parmi les personnes âgées qui ont reçu le vaccin Pfizer, ce qui a incité les autorités sanitaires chinoises à demander la suspension de la vaccination, en particulier chez les personnes âgées.

En apprenant la mort d’Aaron, Robert F. Kennedy, Jr., président et conseiller juridique principal de Children’s Health Defense, a déclaré : « La mort tragique d’Aaron fait partie d’une vague de décès suspects chez les personnes âgées à qui ont été administrés les vaccins COVID. »

« Des études montrent que les chercheurs, les médecins, les maisons de retraite et les responsables de la santé, centrés sur leurs propres intérets, signalent rarement les blessures causées par le vaccin. Au lieu de cela, ils déclarent les blessures et les décès comme« sans rapport » avec la vaccination »,souligne Kennedy. « Les défenseurs de la santé publique craignent que la grande majorité des blessures et des décès ne soient pas reportée au Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS), le système de surveillance volontaire notoirement obsolète et géré par le Département de la santé et des services sociaux (HHS) des États-Unis. »

Une étude du HHS de 2010 a conclu que « moins de 1 % des blessures causées par le vaccin » sont signalées à VAERS.

Comme The Defender l’a rapporté la semaine dernière, la Californie a été forcée de rappeler un lot de 330.000 vaccins Moderna après qu’une cascade de blessures aient été signalées, et pourtant la société déclare qu’il est désormais possible de reprendre l’administration de ce lot.

The Defender a également couvert l’histoire d’un médecin de 56 ans en Floride qui est décédé environ deux semaines après avoir reçu sa première dose du vaccin Pfizer. Sa mort fait l’objet d’une enquête par les autorités sanitaires de Floride. De plus, de multiples réactions allergiques graves ont été directement liées au vaccin Pfizer.