Depuis 2016, les géants des médias sociaux se sont livrés en crescendo à la censure sous couvert d’empêcher la propagation de désinformation — “en filtrant et en stigmatisant le contenu des éditeurs réputés” tout en “ajoutant de plus en plus de vérifications de faits bidons et en supprimant les articles signalés par des utilisateurs de gauche sans explication”. selon le comité de rédaction du Wall Street Journal (WSJ).

Aujourd’hui, Big Tech et ses soit-disants experts en virus autoproclamés font taire les médecins qui ont des opinions divergentes afin de taire le débat scientifique, a déclaré le WSJ. Le comité de rédaction du WSJ a expressément reproché à Facebook d’avoir qualifié de trompeur un article d’opinion publié par le journal en février.

Voici ce qui s’est passé. Le 19 février, le WSJ a publié un article d’opinion du Dr Martin Makary, chirurgien, professeur, auteur publiéet conseiller médical en chef de Sesame Care, une clinique proposant des soins de santé directs aux patients. Dans “We’ll Have Herd Immunity by April”, Makary a écrit que sur la base d’études et de preuves scientifiques, les Américains auraient une immunité suffisante grâce à la vaccination et à l’infection naturelle au début du printemps ce qui réduira fortement la propagation de la COVID.

Facebook a ajouté la mention suivante à l’article de Makay “Contexte manquant. Des vérificateurs de faits indépendants affirment que cette information pourrait induire les gens en erreur”.

La mention de Facebook est liée au site de contrôle d’information par des tiers Health Feedback, membre du “Vaccine Safety Net” de l’Organisation mondiale de la santé, un projet autour de la vaccination ayant pour but de corriger les “fausses informations sur la sécurité des vaccins” dans les médias sociaux.

Trois scientifiques de Health Feedback ont analysé l’article et lui ont attribué une note globale de crédibilité scientifique “très faible”, déclarant que “l’article d’opinion trompeur du Wall Street Journal fait des allégations non fondées selon lesquelles les États-Unis auraient une immunité collective d’ici avril 2021″.

Selon Facebook, une fois qu’un message est évalué par un partenaire contrôleur d’informations, Facebook “prend des mesures pour s’assurer que le moins de personnes voient le message”.

Mais le WSJ a fait valoir le fait que Makary n’a pas présenté son opinion comme une affirmation factuelle. Il a fait une projection, comme tout autre scientifique, basée sur des études et des données concernant l’immunité collective. Les enquêteurs de Facebook n’ont pas aimé la projection de Makary parce qu’elle pourrait conduire à moins de restrictions à cause du virus.

Les vérificateurs de Health Feedback n’étaient pas d’accord avec les preuves de Makary et de son interprétation. Ils ont sélectionné des études et les ont erronnément appliqué pour soutenir leurs contre-opinions et les ont “déguisées en faits”, a déclaré la WSJ.

“Les scientifiques sont souvent en désaccord sur la façon d’interpréter les preuves”, a écrit le comité de rédaction. “Le débat est la façon dont les idées sont testées et les arguments affinés. Mais les vérificateurs de faits de Facebook présentent leurs opinions comme des faits et cherchent à faire taire d’autres scientifiques dont les points de vue contestent les leurs”.

En décembre 2020, Facebook s’est engagé à supprimer les “fausses allégations” sur les vaccins COVID qui avaient été découvertes par des experts de santé publique, sans toutefois préciser quels experts de la santé publique”, selon The Hill.

Twitter a emboîté le pas en déclarant qu’il allait étiqueter ou placer un avertissement sur les tweets qui “mettent en avant des rumeurs non fondées, des allégations contestées, ainsi que des informations incomplètes ou hors contexte sur les vaccins”.

Les législateurs de plus d’une douzaine d’États, qui craignent que les géants des médias sociaux aient trop de contrôle, ont introduit une législation dans le but de contourner une loi fédérale, la section 230 du Communications Decency Act, protégeant les sociétés de médias sociaux des poursuites judiciaires pour censure de postes, a rapporté l’Associated Press.

Bien que la loi exempte les sites web d’être poursuivis pour avoir retiré du contenu jugé “obscène, lascif, dégoûtant, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible” tant que les entreprises agissent de “bonne foi”, les entreprises de médias sociaux comme Facebook utilisent cette loi pour se protéger contre le retrait de contenu qui est tout sauf — comme l’opinion du Dr Makary, a déclaré la WSJ.

La WSJ a hésité à soutenir les propositions visant à modifier l’article 230 pour des plateformes comme Facebook, mais “les géants des médias sociaux dominent le discours public – agissant comme des éditeurs, supprimant des articles, ajoutant de faux contrôle d’informations et censurant d’autres éditeurs de bonne réputation qui ne seraient pas autorisés sans les protections de l’article 230”, a écrit le comité de rédaction du WSJ.

Le 18 août 2020, Children’s Health Defense (CHD) a intenté une action en justice contre Facebook, Mark Zuckerberg et plusieurs tiers contrôleurs d’informations pour censure illégale et présentation frauduleuse et diffamatoire de CHD. La plainte allègue que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la Fondation CDC et l’OMS collaborent avec Facebook et Zuckerberg dans une action conjointe avec le gouvernement pour censurer le contenu.

La plainte conteste le recours à des contrôleurs d’informations substituts qui ne sont ni indépendants, ni impartiaux pour supprimer des informations ainsi que la technologie trompeuse utilisée par Facebook pour minimiser la portée et la visibilité du contenu.

Le 10 février, le compte Instagram de Robert F. Kennedy, Jr., président de CHD, a été supprimé sans préavis.

Mark Zuckerberg a publiquement affirmé que les plateformes de médias sociaux ne devraient pas être “les arbitres de la vérité” mais, comme il l’a prétendu dans le procès de CHD, Zuckerberg travaille avec le gouvernement pour supprimer et purger les critiques indésirables des fonctionnaires et des politiques du gouvernement.