Menu
décembre 04, 2020

Les nouveaux tsars de la censure: Les titans du numérique visent à restreindre l’accès à l’information dans le débat sur les vaccins

 

 

Quand j’étais enfant, il était impensable qu’un libéral américain accepte la censure. Il était évident que toutes les atrocités nazies avaient commencé par la censure et la réduction au silence des personnes qui critiquaient la politique du gouvernement. Nos professeurs d’éducation civique ont enseigné que la libre circulation de l’information, même des vérités gênantes, était l’élément vital de la démocratie.

Nous devons connaître tous les faits et entendre toutes les alternatives et écouter toutes les critiques.

Mon oncle, John F. Kennedy, a déclaré en 1962 que les “bibliothèques américaines devraient être ouvertes à tous, sauf à la censure”. Nous devons connaître tous les faits, entendre toutes les propositions alternatives; écouter toutes les critiques. Accueillons les livres et les auteurs controversés. Car la Déclaration des Droits, la fameuse “Bill of Rights” américaine, est gardienne de notre sécurité comme de notre liberté”.

L’histoire retiendra qu’en 2020, ce sont les hommes qui se sont qualifiés de « libéraux » qui mènent la danse en faveur de la censure. Harry Truman nous a mis en garde contre de tels hommes : “Une fois qu’un gouvernement s’est engagé à faire taire la voix de l’opposition, il n’a plus qu’une seule voie à suivre, celle de mesures de plus en plus restrictives, jusqu’à ce qu’il devienne une source de terreur pour tous ses citoyens et crée un pays où tout le monde vit dans la peur”.

Aujourd’hui, ils font ouvertement taire les histoires tragiques de mères américaines d’enfants blessés par le vaccin et toutes les autres critiques non approuvées à l’égard des produits pharmaceutiques.

Début 2019, Adam Schiff, un démocrate membre du Congrès, a demandé aux PDG de Google, Facebook et Amazon de censurer la “désinformation sur les vaccins”, un euphémisme pour toute déclaration qui s’écarte des déclarations officielles de Big Pharma et des responsables politiques qui la contrôlent. Chacun de ces tyrans de la Silicon Valley a conclu de juteux accords avec les fabricants de vaccins. Ils ont donc été ravis de s’y conformer. Aujourd’hui, ils font carrément taire les récits tragiques des mères américaines d’enfants victimes des vaccins, ainsi que toute autre forme de critique à l’encontre des produits pharmaceutiques.

Où Adam Schiff pense-t-il que cela va finir ? Considère-t-il Bill Gates comme un “ami de la liberté” ? Très bientôt, le vent va tourner. Pour Schiff, je paraphrase la question de Thomas Moore : “Quand vous aurez détruit le premier amendement pour vous attaquer au diable, et que le diable se retournera contre vous, où, croyez-vous, allez-vous pouvoir aller vous cacher ?”

 

Sign up for free news and updates from Robert F. Kennedy, Jr. and the Children’s Health Defense. CHD is planning many strategies, including legal, in an effort to defend the health of our children and obtain justice for those already injured. Your support is essential to CHD’s successful mission.

Close

This article is also available in other languages.