Menu
novembre 06, 2020

Étude du Pentagone : Le vaccin contre la grippe augmente le risque de coronavirus de 36 % (et d’autres études concordantes)

Par Robert F. Kennedy, Jr., Président, Children’s Health Defense

 

Le 12 mars 2020, Anderson Cooper et le Dr Sanjay Gupta ont réalisé un segment global Town Hall [ sur CNN ] sous le nom « Corona Faits and Peurs» Au cours de la discussion, Anderson s’est adressé aux téléspectateurs : « Et, encore une fois, si vous êtes préoccupé par le coronavirus, et vous n’avez pas fait le vaccin contre la grippe … vous devriez vous faire vacciner contre la grippe. ”

L’innocuité et l’efficacité de la vaccination antigrippale mises de côté, est l’affirmation d’Anderson que le vaccin contre la grippe aide les gens à combattre la COVID-19 un tant soit peu vraie? La réponse courte est non.

En fait, les résultats de nombreuses études publiées et revues par des pairs/ comités d’experts prouvent que la recommandation d’Anderson a peut-être été le pire conseil qu’il aurait pu donner au public.

En recherchant la littérature, la seule étude que nous avons pu trouver évaluant des vaccins contre la grippe et le coronavirus est une étude du Pentagone américain de 2020 qui a constaté que le vaccin contre la grippe augmente les risques du coronavirus de 36%. « Recevoir la vaccination contre la grippe peut accroître le risque d’autres virus respiratoires, un phénomène connu sous le nom d’interférence virale… l’interférence du virus dérivée du vaccin a été significativement associée au coronavirus… ” Voici les conclusions:

Étude 2020 du Pentagone : Les vaccins contre la grippe augmentent le risque d’infection au coronavirus de 36 %

En examinant spécifiquement les virus non grippaux, les chances de coronavirus chez les personnes vaccinées étaient significativement plus élevées comparativement aux personnes non vaccinées, avec un risque relatif rapproché / odds ratio (association entre une exposition et un résultat) de 1,36. En d’autres termes, les personnes vaccinées étaient 36 % plus susceptibles d’être infectées par le coronavirus.

 

Beaucoup d’autres études suggèrent le risque accru d’infections respiratoires virales associé au vaccin contre la grippe:

Étude 2018 du CDC : Les vaccins antigrippaux augmentent le risque de maladies respiratoires aiguës non grippales (MRA) chez les enfants.

Cette étude soutenue par le CDC a montré un risque accru de maladie respiratoire aiguë (MRA) chez les enfants de moins de 18 ans causée par des agents pathogènes respiratoires non grippaux après la vaccination antigrippale par rapport aux enfants non vaccinés au cours de la même période.

 

Étude australienne de 2011 : Le vaccin contre la grippe a doublé le risque d’infections virales non grippales et augmenté le risque de grippe de 73 %.

Une étude cas-témoins prospective chez les jeunes enfants australiens en bonne santé a révélé que les vaccins contre la grippe saisonnière ont doublé leur risque de maladie due à des infections non grippales. Dans l’ensemble, le vaccin a augmenté de 73 % le risque de maladies respiratoires aiguës associées au virus, y compris la grippe.

 

Étude de Hong Kong 2012 : Les vaccins contre la grippe ont multiplié le risque d’infections respiratoires non grippales par 4,4 et triplé les infections grippales.

Un essai randomisé contrôlé par placebo chez des enfants de Hong Kong a révélé que les vaccins contre la grippe ont quintuplé le risque de MRA virale non grippale (OR 4,91,CI 1,04—8,14) et, en incluant la grippe, ont triplé le risque global de MRA virale (OR 3,17, IC 1,04—9,83).

 

Étude de 2017 : Les enfants vaccinés sont 5,9 plus susceptibles de souffrir d’une pneumonie et 30,1 fois plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic de rhinite allergique que les enfants non vaccinés.

Les enfants vaccinés étaient 30,1 fois plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic de rhinite allergique et 5,9 fois plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic de pneumonie que les enfants non vaccinés.

Étude de 2014 : Les enfants vaccinés contre la grippe étaient 1,6 fois plus susceptibles que les enfants non vaccinés d’avoir une « maladie pseudo-grippale » non grippale (MPG).

Encore plus d’articles scientifiques publiés

La méta-analyse complète de 2010 de la prestigieuse Cochrane Collaboration portant sur les études publiées sur le vaccin antigrippal a révélé que la vaccination contre la grippe n’a « aucun effet » sur l’hospitalisation, et qu’il n’y a « aucune preuve que les vaccins empêchent la transmission virale ou les complications. » Les chercheurs Cochrane ont conclu que les preuves scientifiques « semblent décourager l’utilisation de la vaccination contre la grippe chez les adultes en bonne santé comme mesure de santé publique de routine ».

Dans leur méta-analyse, les chercheurs de Cochrane ont accusé le CDC d’avoir délibérément déformé la science afin d’appuyer leur recommandation universelle de vaccination contre la grippe. Néanmoins, CNN et d’autres médias traditionnels diffusent continuellement les déclarations du CDC comme une parole d’évangile et, ironiquement, ridiculisent ceux d’entre nous qui lisent réellement la science en les nommant «pourvoyeurs de « désinformation vaccinale ».

 

Sign up for free news and updates from Robert F. Kennedy, Jr. and the Children’s Health Defense. CHD is planning many strategies, including legal, in an effort to defend the health of our children and obtain justice for those already injured. Your support is essential to CHD’s successful mission.

Close

This article is also available in other languages.