Simone Scott, 19 ans, étudiante en première année à l’université Northwestern d’Evanston (Illinois), est décédée le 11 juin des complications d’une transplantation cardiaque qu’elle a subie après avoir développé ce que ses médecins pensent être une myocardite suite à sa deuxième dose du vaccin Moderna COVID.

Scott a reçu sa deuxième dose de Moderna le 1er mai, a rapporté WLWT 5. Lorsque la diplômée 2020 du lycée Mason et vice-présidente de la classe de terminale a rendu une visite surprise à ses parents pour la fête des mères, le 9 mai, sa mère a dit avoir remarqué que Scott ne se sentait pas bien.

“J’ai remarqué qu’elle était un peu encombrée et que sa voix n’était pas exactement la même”, a déclaré Valerie Kraimer.

Scott est retournée sur le campus le 11 mai, où, même après une visite chez le médecin, son état s’est aggravé. Kraimer a dit que plusieurs tests sont revenus négatifs, y compris un test COVID-19.

Le dimanche matin [May 16], elle a envoyé un SMS à son père et lui a dit : “Papa, j’ai des vertiges. Je ne peux pas sortir du lit” et c’est à partir de là que tout a vraiment commencé”, a déclaré Mme Kraimer.

Les parents de Scott étant à des centaines de kilomètres, son père a appelé la police du campus pour qu’ils vérifient.

“Nous avons appris qu’un médecin avait dû se jeter sur sa poitrine et lui faire une réanimation cardio-pulmonaire parce qu’elle était si mal en point, puis toute la cascade d’événements s’est produite, a déclaré Mme Kraimer. “Ils ont dû l’intuber et ont réalisé qu’elle avait une insuffisance cardiaque.”

Après de multiples interventions, notamment le branchement de Scott à une machine ECMO qui reproduit la fonction du cœur afin que son propre cœur puisse se reposer, les médecins ont déterminé qu’elle avait besoin d’un remplacement du cœur. Ses médecins n’ ont pas entièrement confirmé la cause de sa mort, mais ils ont déclaré qu’il semble que Scott ait souffert d’une myocardite.

Lamyocardite est une inflammation du muscle cardiaque qui peut entraîner une arythmie cardiaque et la mort. Selon les chercheurs de la National Organization for Rare Disorders, la myocardite peut résulter d’infections, mais “le plus souvent, la myocardite est le résultat de la réaction immunitaire de l’organisme à la lésion cardiaque initiale.”

L’université a annoncé aux étudiants que Scott était morte de complications après avoir subi une transplantation cardiaque. “La mort de Scott est survenue quelques semaines après une complication cardiaque en mai, qui a conduit à une transplantation cardiaque”, a rapporté le Daily Northwestern.

L’ancien journaliste du New York Times Alex Berenson a déclaré dans un fil d’actualité posté le 14 juin, que l’étudiante en journalisme de Northwestern “a souffert d’une insuffisance cardiaque apparemment induite par une myocardite le dimanche 16 mai. Malgré les mesures extraordinaires prises pour la sauver, notamment une transplantation cardiaque, elle est décédée vendredi matin au Northwestern Memorial Hospital de Chicago.”

“Les médecins semblent avoir manqué à plusieurs reprises des signaux alors que l’état de Scott s’aggravait dans les deux semaines qui ont suivi sa deuxième injection – avant qu’elle ne s’effondre brusquement”, a déclaré Berenson.

Mme Scott a reçu le vaccin COVID de son propre chef, mais son université exige désormais que les étudiants soient entièrement vaccinés avant de retourner sur le campus, rapporte The College Fix.

“J’ai toujours l’impression qu’elle est là, même si je sais qu’elle ne l’est pas et que c’est un tel gâchis”, a déclaré Kraimer.

Les parents de Scott attendent toujours les résultats de plusieurs tests cardiaques dans l’espoir d’apprendre pourquoi ils ont perdu leur fille si soudainement.

Comme l’a rapporté The Defender le 11 juin, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) convoqueront une réunion d’urgence de leurs conseillers le 18 juin pour discuter des rapports d’inflammation cardiaque plus élevés que prévu après l’administration de doses de vaccins COVID de Pfizer et Moderna.

Le CDC a déclaré le 10 juin lors d’uneréunion du comité consultatif sur les vaccins et les produits biologiques connexes de la Food and Drug Administration (FDA), que l’agence a recensé 226 cas d’inflammation cardiaque qui pourraient correspondre à sa “définition de cas de travail” de myocardite et de péricardite après les injections, tel que rapporté par TheDefender la semaine dernière.

Selon le CDC, un total de 475 cas de myocardite ou de péricardite ont été enregistrés chez des patients de 30 ans et moins ayant reçu un vaccin à ARNm. L’âge médian des personnes atteintes de myocardite ou de péricardite après la première dose était de 30 ans, et après la deuxième dose, de 24 ans.

Le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) des CDC a révélé 900 cas de myocardite et de péricardite, dans tous les groupes d’âge, signalés aux États-Unis après la vaccination par COVID entre le 14 décembre 2020 et le 4 juin 2021. Sur les 900 cas signalés, 533 cas ont été attribués à Pfizer, 331 cas à Moderna et 32 cas au vaccin COVID de J&J.

Le Dr Tom Shimabukuro, directeur adjoint du Bureau de la sécurité vaccinale des CDC, a déclaré lors de l’audition de la FDA du 10 juin qu’il y avait eu un nombre plus élevé que prévu de cas d’inflammation cardiaque chez des jeunes gens récemment vaccinés avec leur deuxième dose de vaccin à ARNm.

Les données du CDC font état de 196 rapports de myocardite et de péricardite chez les jeunes de 18 à 24 ans jusqu’au 31 mai, alors que le taux attendu se situe entre 8 et 83 cas.

Chez les jeunes de 16 à 17 ans, 79 cas de myocardite et de péricardite ont été signalés jusqu’au 31 mai. Le taux attendu chez les personnes de cette tranche d’âge se situe entre deux et 19 cas, a déclaré M. Shimabukuro lors de sa présentation.

M. Shimabukuro a déclaré que les conclusions du CDC étaient “en grande partie cohérentes” avec les rapports de cas rares d’inflammation cardiaque qui avaient été étudiés en Israël et signalés par le ministère de la Défense des États-Unis plus tôt cette année.

Children’s Health Defense demande à toute personne ayant subi un effet indésirable, quel que soit le vaccin, de remplir une déclaration en suivant ces trois étapes.