L’histoire en un coup d’oeil :

  • Plus de 15 études montrent maintenant que l’immunité naturelle que vous obtenez après avoir récupéré de la COVID-19 est bien supérieure et plus durable que celle que vous obtenez avec la piqûre contre la COVID.
  • Les poursuites judiciaires contestent les exigences en matière de vaccins qui n’acceptent pas l’immunité naturelle comme alternative à l’injection contre la COVID.
  • Todd Zywicki, professeur de droit à l’université George Mason en Virginie, a intenté une action en justice en raison du mandat de vaccination de l’école, qui ne reconnaissait pas l’immunité naturelle. L’école a conclu un accord à l’amiable, accordant à M. Zywicki une exemption médicale. Ils n’ont cependant pas modifié leur politique générale pour reconnaître les autres membres du personnel et les étudiants qui ont une immunité naturelle.
  • Certains des plaignants dans un procès intenté à l’université Rutgers au New Jersey s’opposent également à l’obligation de se faire vacciner sur la base qu’ils bénéficient d’une immunité naturelle. Cette action en justice est toujours en cours.
  • Étant donné que les vaccins contre la COVID n’empêchent pas l’infection ou la propagation du virus, et que les personnes ayant reçu un vaccin contre la COVID ont la même charge virale que les personnes non vaccinées lorsqu’elles présentent des symptômes, l’argument selon lequel les passeports vaccinaux permettront d’identifier et de séparer les « menaces pour la santé publique » des personnes dont la présence est « sans danger » tombe tout simplement à l’eau.

Alors que les gouvernements du monde entier se lancent à corps perdu dans des projets de passeports vaccinaux, deux événements majeurs sont survenus, qui ont fait voler en éclats toute cette argumentation.

Premièrement, plus de 15 études montrent maintenant que l’immunité naturelle que vous obtenez après avoir récupéré de la COVID-19 est de loin supérieure et plus durable que celle que vous obtenez avec l’injection contre la COVID, et deuxièmement, des procès ont contesté les exigences en matière de vaccins qui n’acceptent pas l’immunité naturelle comme alternative à l’injection contre la COVID. D’autres actions en justice soulignant l’illégalité des mandats de vaccination ont également été intentées.

L’affaire Zywicki

Comme l’a rapporté le New York Post le 4 août, lorsque l’université George Mason (GMU) en Virginie a décidé de mettre en œuvre un mandat de vaccination, le professeur de droit Todd Zywicki a intenté un procès. M. Zywicki s’est remis de la COVID-19 en 2020 et possède une immunité naturelle, comme le démontrent plusieurs tests d’anticorps. Un de ses avocats, Harriet Hageman, a déclaré :

« Le bon sens et la science médicale devraient sous-tendre les actions de la GMU. Les deux ont disparu avec cette dernière tentative de forcer un professeur distingué à prendre un vaccin dont il n’a pas besoin – ni pour sa propre protection ni pour la sécurité de quiconque à la Scalia Law School. »

L’action en justice a souligné que les personnes ayant une immunité naturelle présentent un risque accru de réactions indésirables à l’injection contre la COVID – selon une étude jusqu’à 4,4 fois le risque d’effets secondaires cliniquement significatifs – et que cette exigence non seulement viole le droit à une procédure régulière et le droit de refuser un traitement médical non désiré, mais est non conforme à l’autorisation d’utilisation d’urgence.

Une victoire pour un professeur de la GMU mais pas de précédent juridique

Le 17 août l’université George Mason a cédé avant que l’affaire ne soit jugée et a accordé à M. Zywicki une exemption médicale à l’obligation de vaccination. Malheureusement, et de façon irrationnelle, l’école n’a pas révisé sa politique générale. Comme l’a rapporté Citizens Journal :

« La reconnaissance par l’école de l’immunité naturelle est significative étant donné le cas d’amnésie en série qui semble avoir envahi le monde sur ce point fondamental de la biologie.

Toutefois, l’école maintient l’obligation de vaccination pour tous les autres membres de la communauté de la GMU, indépendamment de l’immunité naturellement acquise. » À l’heure où nous écrivons ces lignes, la même exemption médicale n’a pas été proposée à plus grande échelle.

« En outre, cette action en justice aurait servi de test intéressant pour les litiges liés au mandat de vaccination, qui deviendront de plus en plus fréquents au fil du temps. Quoi qu’il en soit, cette victoire représente une lueur d’espoir que certaines universités prennent en compte des arguments raisonnables et que les individus peuvent se défendre par des actions en justice … »

« L’affaire de la GMU ayant été résolue sans procès, de nombreux arguments juridiques essentiels n’ont pas été testés. Par exemple, la clause de procédure régulière du 14e amendement s’applique-t-elle aux vaccins obligatoires, ou l’État a-t-il la possibilité de suspendre ces droits lorsqu’il répond à une urgence de santé publique ? »

« Comment la fiabilité de l’immunité naturelle affecte-t-elle la constitutionnalité des politiques qui ne la reconnaissent pas ? » Le gouvernement peut-il simplement choisir la science qu’il veut pour justifier ses politiques ? Selon le dépôt de la cour :

« La Cour suprême a reconnu que les neuvième et quatorzième amendements protègent le droit d’un individu à la vie privée. » Une « injection forcée […] dans le corps d’une personne non consentante représente une interférence substantielle avec la liberté de cette personne […] » Washington v. Harper, 494 U.S. 210, 229 (1990).

« Compte tenu de ce précédent, ainsi que des pouvoirs de police de l’État pour suspendre les droits individuels dans des circonstances impérieuses, comment cela s’appliquera-t-il à la COVID-19 dans un environnement à faible risque tel qu’un campus universitaire ? »

« Si le droit est toujours valable, comment s’appliquera-t-il aux programmes de passeport vaccinal à l’échelle de la ville, étant donné que la COVID-19 est une maladie relativement bénigne ? … La démarche est également mystérieuse, compte tenu de la pertinence de l’affaire. Par conséquent, elle n’a pas créé de précédent juridique contraignant. »

Dans une déclaration, l’avocat principal Jenin Younes, de la New Civil Liberties Alliance (NCLA), a déclaré :

« La NCLA est heureuse que la GMU ait accordé l’exemption médicale du professeur Zywicki, ce qu’elle a fait, selon nous, uniquement parce qu’il a intenté cette action en justice. Selon la GMU, avec l’exemption médicale, le professeur Zywicki peut continuer à servir la communauté de la GMU, comme il le fait depuis plus de deux décennies, sans recevoir un vaccin médicalement inutile et sans charge indue. »

« Néanmoins, la NCLA reste consternée par le refus de la GMU – ainsi que de nombreuses autres universités publiques et privées et d’autres employeurs – de reconnaître que la science établit sans aucun doute que l’immunité naturelle est aussi robuste, voire plus, que l’immunité vaccinale. »

Autres actions en justice contestant les vaccins obligatoires dans les écoles

Bien qu’elle ne soit pas spécifiquement centrée sur la validité de l’immunité naturelle, une action en justice intentée par plus d’une douzaine d’étudiants et la Children’s Health Defense contre l’université Rutgers au New Jersey inclut cet aspect, puisque certains des plaignants s’opposent au mandat sur la base qu’ils possèdent une immunité naturelle. Cette action en justice a été déposée à la mi-août 2021 et est toujours en cours.

Plus tôt cette année, en avril, le Los Angeles Unified School District (LAUSD) a été poursuivi pour son exigence en matière de vaccins par les California Educators for Medical Freedom et le Health Freedom Defense Fund. Le 27 juillet, un tribunal californien a rejeté la poursuite sans préjudice, car il a conclu que le LAUSD avait volontairement abandonné son obligation de vaccination. Comme l’a rapporté la Health Freedom Defense :

« Il s’agit d’une GRANDE victoire – en raison du procès, le LAUSD a déclaré au tribunal qu’il n’avait pas de politique exigeant la vaccination avec les produits sous l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA). Puisque le tribunal a maintenant confirmé l’absence de toute politique exigeant la vaccination au LAUSD, tous les enseignants et le personnel sont en sécurité et peuvent retourner au travail sans être vaccinés ou sans fournir de preuve de vaccination à l’automne. »

L’avenir nous dira si l’affaire de la Children’s Health Defense contre l’université Rutgers apportera le précédent juridique nécessaire pour contrecarrer plus efficacement cette tendance tyrannique. Cependant, même les petites victoires comme celle de M. Zywicki sont importantes et démontrent qu’il existe des moyens de se défendre, à condition d’en avoir la volonté.

L’immunité naturelle surpasse la protection induite par la vaccination

Si les passeports vaccinaux sont immoraux et anticonstitutionnels en soi, la science médicale prouve également qu’ils sont inutiles et irrationnels. Comme l’a rapporté Daniel Horowitz dans un article publié le 25 août dans The Blaze, au moins 15 études montrent que l’immunité naturelle résultant d’une infection antérieure est plus solide et plus durable que celle obtenue par l’injection contre la COVID. Il écrit :

« Le débat sur la vaccination forcée avec un vaccin de plus en plus faible atteint son paroxysme au moment même où le débat devrait être sans objet pour beaucoup de gens. L’un des messages les plus frauduleux de la campagne de tromperie des CDC consiste à imposer le vaccin aux personnes ayant déjà été infectées, qui ont un degré de protection plus élevé contre toutes les versions du virus que les personnes ayant reçu l’un des vaccins. »

« Il est temps de rétablir une fois pour toutes la vérité : l’immunité naturelle contre le SRAS-CoV-2 est plus large, plus durable et plus longue que n’importe quel vaccin actuellement sur le marché. Nos politiques doivent refléter cette réalité. »

Nous disposons désormais de données montrant que l’immunité vaccinale diminue rapidement, indépendamment des variantes, mais surtout lorsqu’une nouvelle variante devient prédominante. Selon la Mayo Clinic, en juillet, l’injection contre la COVID de Pfizer n’était efficace qu’à 42 % contre l’infection, ce qui ne répond même pas à l’exigence de la Food and Drug Administration américaine d’une efficacité de 50 %14 pour les vaccins contre la COVID.

Cela correspond aux données israéliennes, qui montrent que le vaccin de Pfizer est passé d’une efficacité de 95 % au départ, à 64 % début juillet 2021 et à 39 % fin juillet, lorsque la souche Delta est devenue prédominante. Les propres données d’essai de Pfizer montrent également une efficacité qui diminue rapidement. Le rédacteur en chef adjoint du British Medical Journal (BMJ), Peter Doshi, en a parlé dans un blogue du 23 août.

Au cinquième mois de l’essai, l’efficacité avait chuté de 96 % à 84 %, et cette baisse ne pouvait pas être due à l’émergence de la variante Delta puisque 77 % des participants à l’essai se trouvaient aux États-Unis, où la variante Delta n’est apparue que plusieurs mois plus tard. Ainsi, même sans prédominance d’une nouvelle variante, l’efficacité diminue. Dans un rapport du 20 août, BPR a noté :

« Les données que nous publierons aujourd’hui et la semaine prochaine démontrent que l’efficacité du vaccin contre l’infection par le virus SRAS-CoV-2 s’amenuise, » a commencé la directrice des CDC, [Rochelle Walensky]. Elle a cité des rapports de collègues internationaux, notamment d’Israël, qui « suggèrent un risque accru de maladie grave chez les personnes vaccinées précocement » …

« Dans le contexte de ces préoccupations, nous prévoyons que les Américains recevront des injections de rappel à partir du mois prochain afin de maximiser la protection induite par le vaccin. » « Notre plan est de protéger le peuple américain et de garder une longueur d’avance sur ce virus, » a déclaré Mme Walensky …

« La directrice des CDC semble presque admettre que le taux d’efficacité du vaccin a une limite de temps stricte et que ses protections sont limitées dans un environnement en constante évolution. »

Vous êtes beaucoup plus en sécurité avec une personne naturellement immunisée

Ajoutez à cela a) le fait que les injections contre la COVID n’empêchent pas l’infection ou la propagation du virus et b) le fait que les personnes ayant reçu le vaccin contre la COVID sont porteuses de la même charge virale lorsque symptomatique que les individus non vaccinés, et l’argument que les passeports vaccinaux permettront d’identifier et de distinguer les « menaces pour la santé publique » des personnes dont la présence est « sans danger » échoue tout simplement.

Comme l’a noté M. Horowitz, toute personne capable de pensée rationnelle comprend qu’une personne ayant une immunité naturelle due à une infection antérieure est « exponentiellement plus sûre à côtoyer qu’une personne ayant reçu les vaccins mais pas l’infection antérieure. »

Quant aux personnes non vaccinées qui n’ont pas d’immunité naturelle à la suite d’une infection antérieure, elles ne présentent aucun risque accru pour quiconque, à part elles-mêmes. À l’inverse, étant donné que le vaccin contre la COVID ne peut pas prévenir l’infection ou la transmission, et qu’il promet seulement de réduire le risque de maladie grave, la seule personne qui peut bénéficier du vaccin est celle qui l’a reçu. Il ne protège personne d’autre.

En fait, vous pouvez même représenter un risque accru pour les autres, car si vos symptômes sont légers ou inexistants, mais que votre charge virale est élevée, vous êtes plus susceptible de vous promener comme d’habitude. Au lieu de rester à la maison parce que vous pensez être infecté et contagieux, vous êtes dehors à propager le virus à d’autres personnes, vaccinées ou non.

Que dit la recherche ?

Dans son article, M. Horowitz passe en revue 15 études qui devraient, une fois pour toutes, trancher le débat sur la question de savoir si les personnes ayant eu la COVID sont désormais immunisées et si cette immunité est comparable à celle des injections contre la COVID. Voici une sélection de ces études. Pour le reste, veuillez consulter l’article original de The Blaze.

  • Immunité mai 2021 – Des chercheurs de l’université de New York ont conclu que si l’infection par le SRAS-CoV-2 et la vaccination suscitent toutes deux des réponses immunitaires puissantes, l’immunité que l’on obtient lorsqu’on s’est remis d’une infection naturelle est plus durable et plus rapide à réagir.

La raison en est que l’immunité naturelle véhicule davantage une immunité innée impliquant des cellules T et des anticorps, alors que l’immunité induite par les vaccins stimule principalement une immunité adaptative impliquant des anticorps.

  • Nature mai 2021 – Cette recherche dissipe les craintes que l’infection par le SRAS-CoV-2 ne produise pas une immunité durable. Même chez les personnes souffrant d’une infection légère par la COVID-19, dont les taux d’anticorps contre la protéine de pointe (S) du SRAS-CoV-2 peuvent rapidement diminuer dans les mois qui suivent la guérison, les plasmocytes de la moelle osseuse, persistants et à longue durée de vie, commencent à produire de nouveaux anticorps lorsque le virus est rencontré une deuxième fois.

Selon les auteurs, « de manière cohérente, des cellules B circulantes à mémoire au repos dirigées contre le SRAS-CoV-2 S ont été détectées chez les individus convalescents. Dans l’ensemble, nos résultats indiquent qu’une infection légère par le SRAS-CoV-2 induit une mémoire immunitaire humorale robuste, spécifique de l’antigène et de longue durée chez l’homme. »

  • Nature juillet 2020 – Les conclusions de Nature ci-dessus confirment celles de Singapour publiées en juillet 2020, selon lesquelles les patients qui s’étaient rétablis du SRAS en 2002/2003 présentaient une immunité robuste contre le SRAS-CoV-2 17 ans plus tard.
  • Cell Medicine juillet 2021 – Ils ont constaté que la plupart des patients précédemment infectés produisaient des anticorps durables et des cellules B à mémoire, ainsi que des cellules T CD4 et CD8 polyfonctionnelles durables qui ciblent plusieurs parties du virus.

Selon les auteurs : « Pris ensemble, ces résultats suggèrent qu’une immunité large et efficace peut persister à long terme chez les patients de COVID-19 guéris. » On ne peut pas en dire autant de l’immunité induite par les vaccins.

  • BioRxiv Juillet 2021 – Faisant écho aux résultats de Cell Medicine ci-dessus, des chercheurs de l’université de la Californie ont conclu que « l’infection naturelle a induit l’expansion de clones de lymphocytes T CD8 plus grands occupés par des groupes distincts, probablement en raison de la reconnaissance d’un ensemble plus large d’épitopes viraux présentés par le virus, qui n’ont pas été observés dans le vaccin ARNm. »

Nous sommes en train de créer une pandémie des vaccinés

Si l’immunité naturelle est meilleure que les anticorps induits par le vaccin, on s’attendrait à voir moins de réinfections chez les personnes qui ont déjà eu la COVID-19, par rapport aux percées infectieuses survenant chez les personnes qui ont reçu l’injection contre la COVID. Et c’est précisément ce que nous voyons.

Dans une préimpression intitulée « Necessity of COVID-19 Vaccination in Previously Infected Individuals », les chercheurs ont examiné les taux de réinfection parmi les travailleurs de la santé précédemment infectés dans le système de la Cleveland Clinic.

Sur les 1 359 travailleurs de première ligne présentant une immunité naturelle due à une infection antérieure, pas un seul n’a été réinfecté 10 mois après le début de la pandémie, malgré une forte exposition à des patients positifs à la COVID-19.

Une deuxième préimpression, publiée le 25 août, compare l’immunité naturelle du SRAS-CoV-2 à l’immunité induite par le vaccin en examinant les taux de réinfection et de percée. Quatre résultats ont été évalués : l’infection par le SRAS-CoV-2, la maladie symptomatique, l’hospitalisation liée à la COVID-19 et le décès.

Les résultats ont montré que, par rapport aux personnes présentant une immunité naturelle, les personnes n’ayant jamais été infectées par le SRAS-CoV-2 et ayant reçu un schéma de deux doses du vaccin contre la COVID de Pfizer avaient :

  • Un risque 5,96 fois plus élevé de percée de l’infection.
  • Un risque 7,13 fois plus élevé de maladie symptomatique.
  • Un risque accru de 13,06 fois de percée de l’infection avec la variante Delta.
  • Un risque plus élevé d’hospitalisations liées à la COVID-19.

Après ajustement en fonction des comorbidités, les personnes n’ayant jamais été infectées par le SRAS-CoV-2 et ayant reçu deux doses de Pfizer étaient 27,02 fois plus susceptibles de présenter une percée symptomatique de l’infection que les personnes présentant une immunité naturelle. Aucun décès n’a été signalé dans l’un ou l’autre des groupes. Les auteurs ont conclu :

« Cette étude a démontré que l’immunité naturelle confère une protection plus durable et plus forte contre l’infection, la maladie symptomatique et l’hospitalisation causées par la variante Delta du SRAS-CoV-2, par rapport à l’immunité induite par le vaccin à deux doses BNT162b2. »

La majorité des hospitalisations ont lieu chez les personnes vaccinées

Le refrain souvent répété est que nous vivons une « pandémie de personnes non vaccinées », ce qui signifie que les personnes qui n’ont pas reçu le vaccin contre la COVID constituent la majeure partie des personnes hospitalisées et des décès dus à la variante Delta. Cependant, nous constatons déjà un changement dans les taux d’hospitalisation, des personnes non vaccinées à celles qui ont reçu une ou deux injections.

Par exemple, en Israël, les personnes entièrement « vaccinées » ont constitué la majeure partie des cas graves et des décès liés à la COVID en juillet, comme le montrent les graphiques ci-dessous.

Le rouge correspond à une personne non vaccinée, le jaune à une personne partiellement « vaccinée » et le vert à une personne totalement « vaccinée » avec deux doses. A la mi-août, 59 % des cas graves étaient parmi ceux qui avaient reçu deux injections contre la COVID.

Nouvelles hospitalisations

Nouveaux patients graves

Décès

Des données du Royaume-Uni montrent une tendance similaire chez les personnes de plus de 50 ans. Dans cette tranche d’âge, les personnes partiellement et totalement « vaccinées » représentent 68 % des hospitalisations et 70 % des décès par la COVID.

Variante Delta de la Covid

Les données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains réfutent également le récit de la « pandémie de personnes non vaccinées ». Entre le 6 et le 25 juillet, 469 cas de COVID ont été identifiés dans un foyer du Barnstable County, au Massachusetts.

Parmis les personnes testées positives, 74 % avaient reçu deux injections contre la COVID et étaient considérées comme « entièrement vaccinées ». Malgré l’utilisation de normes de diagnostique différentes pour les personnes non vaccinées et les personnes vaccinées, 80 % des hospitalisations liées à la COVID concernaient également ce groupe.

L’injection contre la COVID peut nuire à l’immunité des personnes déjà infectées

Alors que les auteurs de cette préimpression du 25 août affirment dans leur résumé que « les personnes qui étaient à la fois préalablement infectées par le SRAS-CoV-2 et qui ont reçu une dose unique du vaccin ont acquis une protection supplémentaire contre la variante Delta », mais admettent dans le corps de l’article qu’ils « n’ont pas pu démontrer l’importance de cette protection dans notre cohorte ».

À moins que la signification ne soit démontrée, le résultat n’est pas pertinent, donc je ne m’appuierais pas sur ce document si je voulais plaider en faveur de la vaccination des personnes ayant une immunité naturelle préexistante. En outre, des recherches montrent que les injections contre la COVID peuvent en fait nuire à l’immunité supérieure des lymphocytes T accumulée lors d’une infection antérieure, surtout après la deuxième dose. Comme l’a rapporté M. Horowitz dans The Blaze :

Des immunologistes du Mount Sinai à New York et de l’hôpital La Paz à Madrid ont exprimé de sérieuses inquiétudes. Après avoir suivi un groupe de personnes vaccinées, avec ou sans infection préalable, les chercheurs ont fait une découverte choquante : « chez les personnes présentant une immunité préexistante contre le SRAS-CoV-2, la deuxième dose de vaccin non seulement ne renforce pas l’immunité humorale mais détermine une contraction de la réponse cellulaire T spécifique du pic. »

Ils notent également que d’autres recherches ont montré que « la deuxième dose de vaccination semble avoir un effet négatif sur l’ampleur globale de la réponse humorale spécifique au pic chez les personnes ayant récupéré de la COVID-19. »

Les arguments en faveur des passeports vaccinaux sont nuls et non avenus

FEE.org a rapporté les résultats du 25 août sous le titre « Harvard Epidemiologist Says the Case for COVID Vaccine Passports Was Just Demolished » :

« Martin Kulldorff, professeur à la Harvard Medical School, a déclaré que les recherches montrant que l’immunité naturelle offre une protection exponentielle supérieure à celle des vaccins signifient que les passeports vaccinaux sont à la fois non scientifiques et discriminatoires, puisqu’ils touchent de manière disproportionnée les personnes issues de la classe ouvrière. »

« Une maladie antérieure de la COVID (beaucoup de travailleurs) procure une meilleure immunité que les vaccins (beaucoup de professionnels), donc les mandats de vaccination ne sont pas seulement un non-sens scientifique, ils sont aussi discriminatoires et non éthiques, » a observé Kulldorff, un biostatisticien et épidémiologiste, sur Twitter …

« Même en l’absence de ces résultats, les passeports vaccinaux seraient immoraux et constitueraient un abus massif de la part du gouvernement. Il n’y a tout simplement aucun parallèle historique pour les gouvernements qui tentent de restreindre de cette manière les mouvements de personnes en bonne santé sur un virus respiratoire. »

« Pourtant, la justification des passeports vaccinaux devient non seulement erronée mais absurde à la lumière de ces nouvelles révélations. Les personnes qui ont eu la COVID sont déjà beaucoup plus protégées contre le virus que celles qui ont été vaccinées. »

« En attendant, les personnes qui n’ont pas eu la COVID et qui choisissent de ne pas se faire vacciner peuvent ou non prendre une décision imprudente. Mais s’ils le font, ils ne mettent principalement qu’eux-mêmes en danger. »

Signes positifs

@arihasanaj Discord lien dans la bio. We need help I can’t do this alone ♬ son original – VALHALLA.AT.ME

Bien que nous ayons encore un long et probablement difficile combat à mener, nous avons des raisons d’être optimistes. Dans une récente vidéo TikTok, un jeune homme nommé Ari Hasanaj, qui vit à New York, décrit comment il a imprimé des affiches qui disent :

« Nous ne pratiquons aucune discrimination à l’égard de TOUT client en fonction du sexe, du genre, de la race, de la croyance, de l’âge, qu’il soit vacciné ou non. Tous les clients qui le souhaitent sont les bienvenus dans notre établissement. »

Il a ensuite fait le tour de la ville, d’un magasin à l’autre, demandant à chaque propriétaire s’il accepterait d’apposer le panneau sur sa porte pour protester contre l’obligation de passeport vaccinal imposée par la ville de New York. Une majorité a dit oui. Il demande maintenant à d’autres personnes de le rejoindre dans cet effort.

Au Danemark, les passeports vaccinaux ne seront plus utilisés pour restreindre les déplacements à partir du 10 septembre. Le ministre de la santé, Magnus Heunicke, a toutefois déclaré que le système de passeport pourrait être rétabli si la hausse des taux d’infection menaçait des fonctions importantes.

Le Danemark a été l’un des premiers pays à annoncer le développement d’un passeport numérique pour les vaccins, qui est entré en vigueur en avril. Pendant des mois, les Danois ont manifesté à plusieurs reprises contre les passes COVID, et il semble que les protestations aient finalement eu l’effet escompté. Cela montre simplement que si suffisamment de personnes résistent, les excès tyranniques peuvent être maîtrisés.

Publié initialement par Mercola.