Zorach (Zory) Glaser Ph.D., LT, MSC, USNR, est l’un des scientifiques les plus renommés à avoir étudié l’impact de la technologie sans fil sur la santé humaine. Sa carrière de chercheur scientifique au service du gouvernement se poursuit sur plusieurs décennies, au sein de la marine américaine, du service de santé publique américain, de l’Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH) et du Bureau of Radiological Health de la FDA, Food and Drug Administration américaine.

Les vastes archives de Glaser qui comprennentprès de 4 000 documents,maintenant accessibles au grand public, fournissent des preuves claires que les effets nocifs du sans fil étaient connus bien avant la commercialisation des téléphones cellulaires et de la technologie sans fil au début des années 1980.

Les documents d’archives révèlent que le gouvernement américain, et en particulier l’armée, connaissait depuis des décennies les dommages que la technologie sans fil peut causer à la santé humaine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine a commencé à utiliser le radar, et l’utilisation des systèmes de télécommunications radio a augmenté.

Les soldats travaillant avec ces systèmes, qui utilisent des fréquences radio et micro-ondes – les mêmes fréquences que celles utilisées pour les appareils sans fil tels que les téléphones portables et le Wi-Fi – ont commencé à se plaindre des effets néfastes sur leur santé suite à l’exposition aux radiations émises par ces systèmes.

À l’époque, la maladie dont souffraient ces soldats était connue sous le nom de “maladie des radiations / maladie des micro-ondes”.

Glaser fut alors chargé par le Naval Medical Research Center de l’US Navy de mener une enquête. Il a passé une dizaine d’années à rassembler toutes les études menées aux États-Unis et à l’étranger montrant que les radiations émises par les radiofréquences (RF) et les micro-ondes peuvent avoir des effets néfastes sur la santé.

Le rapport du Dr Glaser, La « bibliographie des phénomènes biologiques signalés (« effets ») et des manifestations cliniques attribuées aux rayonnements par micro-ondes et par radiofréquence a été publiée en 1971. Le rapport fait référence à plus de 2 300 études montrant de multiples réactions biologiques négatives aux rayonnements de radiofréquences et de micro-ondes.

Les pages 5 à 12 de la bibliographie du rapport énumèrent ces effets indésirables, notamment les dommages causés aux organes vitaux et autres tissus ainsi qu’au système nerveux central, les effets physiologiques et psychologiques, les troubles sanguins et vasculaires, les troubles métaboliques et gastro-intestinaux et les modifications endocriniennes et histologiques.

Le rapport mis à jour de Glaser de 1976 comprend 3 700 études qui confirment les plaintes des soldats.

À cette époque, pratiquement seuls les militaires étaient exposés à des niveaux élevés de micro-ondes et de radiofréquences et souffraient des maladies liées aux micro-ondes et aux radiations.

Mais aujourd’hui, toute la population est exposée à des niveaux de rayonnement, qui sont des millions et parfois même des milliards de fois plus élevés qu’ils ne l’étaient lorsque Glaser a commencé son travail il ya quelques décennies.

 

Les symptômes du ” syndrome des micro-ondes ” dont souffrait alors le personnel militaire sont maintenant largement répandus parmi un nombre croissant de personnes au sein de la population générale qui sont exposées à cette pollution par électro smog provenant des appareils sans fil. La maladie, aussi appelée électro-sensibilité, devrait selon les estimations toucher autour de 10 % de la population générale.

Les études et rapports de Glaser sont donc de la plus haute importance et pertinence pour les préjudices existants de la technologie sans fil actuelle, y compris la 5G, les tours de téléphonie cellulaire, le Wi-Fi et les téléphones cellulaires qui utilisent le même type de fréquences et d’intensités que ceux étudiés par Glaser. C’est pourquoi les rapports de M. Glaser ont été déterminants pour soutenir les efforts de sensibilisation et faire savoir au grand public qu’en dépit de ce que disent le gouvernement et les opérateurs de télécommunications, il existe des preuves plus que convaincantes des dommages causés par ces expositions.

Il y a quelques années, lorsque Glaser s’est rendu compte de l’importance de ses archives, il les a remises au Dr Magda Havas., Ph.D. de l’Université de Trent au Canada. Havas, professeur agrégé d’études environnementales et en ressources, travaille depuis plus d’une décennie à exposer les méfaits de la technologie sans fil.

Selon Havas, les archives de Glaser contiennent un certain nombre de “joyaux”. “Zory était un “packrat”(selon ses mots, donc un vrai collectionneur compulsif) et il a tout gardé, a déclaré Havas. “J’ai trouvé entre autres un document qui a été remis à seulement neuf personnes en tout et pour tout, avec des recommandations de santé – qui ont été ignorées.”

Pour rendre disponibles ces documents importants au grand public, Havas et son équipe travaillent depuis des années à les numériser pour qu’ils puissent être consultés par tous. Jusqu’à présent, l’équipe de Havas a scanné 20 des 25 cartons des archives de Glaser.

En raison de l’ampleur des archives, le public est invité à apporter son aide pour examiner les documents. Les chercheurs intéressés sont ensuite invités à écrire de courts résumés de quelques-unes des trouvailles les plus utiles et pertinentes, pour ensuite les publier sur le site Web de Zory. De plus, les personnes qui trouvent des informations importantes sont priées de les communiquer au Dr. Havas.

Si vous désirez participer à ce projet, veuillez contacter le Dr Magda Havas ([email protected]) avec la référence « Zory’s Archive ».