Menu
novembre 12, 2020

La désinformation au sujet de la grippe et les peurs liées au coronavirus : Ma lettre au Dr Sanjay Gupta

Par Robert F. Kennedy, Jr., Président, Children’s Health Defense

[Note du CHD : cet article a été publié initialement le 16 avril 2020.]

Cher Sanjay,

La semaine dernière, votre producteur CNN, Matthew Reynard, m’a informé que CNN me met en vedette dans un documentaire sur la « désinformation vaccinale ». Comme d’habitude, M. Reynard n’a pas fait état d’une seule affirmation factuelle de ma part qui était incorrecte (je base soigneusement toutes mes déclarations au sujet des vaccins sur des données gouvernementales ou des publications évaluées par des comités d’experts). CNN utilise le terme de « désinformation vaccinale » comme euphémisme pour toute déclaration qui s’écarte de l’orthodoxie du gouvernement ou des géants pharmaceutiques qui consiste à dire que tous les vaccins sont sûrs, nécessaires et efficaces pour tous.

Je me permets de souligner que CNN et en particulier vous, Sanjay, êtes aujourd’hui parmi les plus prolifiques vecteurs média de la « désinformation vaccinale ».

Je vous ai toujours admiré, Sanjay. Au delà de vos talents bien visibles, vous semblez être véritablement animé par la compassion et vous valorisez l’intégrité. Plus tôt dans votre carrière, vous avez fait preuve d’une volonté courageuse de mettre à l’épreuve les orthodoxies vaccinales de Big Pharma. Cependant, je souligne respectueusement que CNN et en particulier vous, Sanjay, êtes aujourd’hui parmi les plus prolifiques vecteurs de la « desinformation vaccinale » dans les médias. Au cours des dernières années, je ne me souviens pas avoir vu un seul segment conséquent réalisé par CNN sur les vaccins qui n’incluait pas des inexactitudes factuelles facilement vérifiables. La récente émission spéciale de CNN, « Pandemic », a été un festival d’affirmations erronées sur le vaccin contre la grippe. Comme je n’aime pas penser que vous induisez délibérément le public en erreur- en particulier au sujet des choix cruciaux en matière de santé publique- j’ai pris le temps de souligner certaines de vos erreurs les plus fréquentes.

J’espère que vous prendrez le temps de lire ceci. Cette critique prend une pertinence particulière durant la crise actuelle du coronavirus, sans parler de ses importantes implications quant au rôle du gouvernement et de la presse au sein d’une démocratie. CNN et d’autres médias traitent les déclarations du CDC, du NIH et de l’OMS comme des vérités infaillibles. En fait, le détournement réglementaire a fait de ces agences des filiales de Big Pharma, et les mensonges que le CDC nous a dit au sujet de la grippe viennent maintenant brouiller le débat sur le coronavirus.

Qui plus est, sur les 257 cas qui pouvaient raisonnablement être imputés à la grippe dans les données sur la mortalité émanant du CDC, seulement 7 p. 100 étaient des cas d’infection grippale confirmée en laboratoire.

1. Affirmation de CNN:Dans vos campagnes de promotion annuelles du vaccin contre la grippe, vous reprenez habituellement les estimations du CDC des décès totaux de grippe qui ont varié ces dernières années entre 36.000 pour la saison grippale 1990-1991 et 80.000 pour la saison grippale 2017-2018.

Fait: Les données sur la mortalité et la morbidité du HHS , disponibles sur le site Web du National Center for Health Statistics (NCHS), montrent que les estimations annuelles du CDC (et de CNN) sont décalées de plusieurs ordres de grandeur.

Les données du NCHS indiquent que le nombre moyen de décès attribuables à la grippe sur les certificats de décès est d’un peu plus de 1 000. Le CDC élaboré son estimation gonflée en confondant délibérément les décès liés à la grippe et les décès par pneumonie. Cet artifice est trompeur puisque la plupart de ces décès ne sont pas liés à la grippe (et donc inchangés par les vaccins anti-grippaux). En 2005, le rédacteur en chef du British Medical Journal (BMJ), le Dr Peter Doshi, a publié une réprimande complète du rituel annuel du CDC qui consiste à exagérer la mortalité par le virus de la grippe dans un article intitulé « Dissection de la tromperie du CDC : sont les chiffres de mortalité grippale des États-Unis un artifice de relations publiques ou de la science ? » Doshi accuse le CDC d’avoir délibérément gonflé les décès liés à la grippe afin d’effrayer le public et de l’inciter à acheter des vaccins. Pour illustrer la chicane du CDC, Doshi a observé que le nombre annoncé par le CDC de pneumonies et de décès grippaux signalés était en 2001 de 62 034. Pourtant, moins de 0,5 p. 100 ont été réellement attribués à la grippe. En outre, sur les 257 cas qui pouvaient raisonnablement être imputés à la grippe dans les données sur la mortalité du CDC, seulement 7 p. 100 étaient des cas confirmés en laboratoire. C’est donc 18 cas de grippe confirmés en laboratoire sur 62 034 décès liés à la pneumonie et à la grippe, soit seulement 0,03 %, selon le Centre national des statistiques de la santé (NCHS) de HHS.

Si l’on enlève ceux imputables à la pneumonie, le nombre réel de décès associés à la grippe entre1979 et 2002 était en moyenne de 1 348, selon les données du NCHS. CNN rapporte régulièrement des chiffres quarante fois plus importants.

Le Dr Doshi accuse le CDC d’avoir délibérément menti sur les décès annuels liés à la grippe « [work] ??? dans l’intérêt des fabricants en menant des campagnes pour accroître la vaccination contre la grippe ». Il prévient qu’« en liant arbitrairement la grippe à la pneumonie, les données actuelles sont statistiquement biaisées ».

En reprenant fidèlement les chiffres gonflés du CDC, sans vérification préalable, CNN s’est rendu complice de cette mascarade annuelle, ce qui rend difficile aujourd’hui d’évaluer avec précision le risque relatif de COVID-19 par rapport à la grippe et, par conséquent, de mesurer rationnellement une réponse appropriée.

… La méta-analyse 2010 des études publiées sur le vaccin antigrippal a révélé que la vaccination contre la grippe n’a aucun effet sur l’hospitalisation et qu’il n’existe aucune preuve que les vaccins préviennent la transmission virale ou les complications.

2. Affirmation de CNN: CNN promeut régulièrement le vaccin antigrippal pour toute personne âgée de plus de 6 mois, proclamant que la meilleure façon de se protéger contre les cas graves de la maladie “est de se faire vacciner contre la grippe” .

Fait: En réalité, il n’y a absolument aucune base scientifique pour soutenir l’affirmation du CDC selon laquelle le vaccin antigrippal est le moyen le plus efficace de prévenir la grippe.

La méta-analyse complète réalisée en 2010 par la Cochrane Collaboration des études publiées sur le vaccin antigrippal a révélé que la vaccination contre la grippe n’a « aucun effet » sur l’hospitalisation et qu’il n’existe « aucune preuve que les vaccins préviennent la transmission virale ou les complications ».

Les chercheurs Cochrane ont conclu en 2010 que les preuves scientifiques « semblent décourager l’utilisation de la vaccination contre la grippe chez les adultes en bonne santé comme mesure de santé publique de routine ».

Quatre ans plus tard, Cochrane a publié une méta-revue de suivi comprenant des dizaines d’études scientifiques plus récentes et a de nouveau conclu sans détour que l’ensemble des données scientifiques ne fournit « aucune preuve de l’utilisation de la vaccination contre la grippe chez les adultes en bonne santé comme mesure de santé publique de routine ».

En d’autres termes, en dépit du harcèlement implacable de CNN, il n’y a aucune preuve scientifique que les milliards de dollars que l’Amérique dépense chaque année pour la vaccination contre la grippe apportent un avantage pour la santé, et encore moins un avantage économique net, mis à part la manne financière en faveur des quatre sociétés pharmaceutiques qui fabriquent ces vaccins, et qui se trouvent être parmi les meilleurs annonceurs de CNN.

…[a study published in PNAS]??? a constaté que la vaccination contre la grippe augmentait en fait la transmission du virus, les personnes vaccinées rejetant plus de six fois plus de virus dans les aérosols de leur haleine par rapport aux personnes non vaccinées.

3. AFFIRMATION DE CNN : Vous et CNN reprenez fréquemment l’affirmation du CDC que le fait de vacciner contre la grippe réduit les chances qu’un individu transmette la grippe à d’autres. “Pandemic” a réitéré cette affirmation. CNN propose cet avantage supposé comme justification pour rendre le vaccin obligatoire à l’école.

Fait: Cependant, dans leur méta-revue systématique de la littérature de 2010, les chercheurs de Cochrane n’ont trouvé « aucune preuve que les vaccins préviennent la transmission virale ou les complications ».

Encore plus inquiétant, une étude du 18 janvier 2018, parue dans le Journal of the Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, PNAS, a constaté que la vaccination contre la grippe augmente la transmission du virus, les personnes vaccinées rejetant plus de six fois plus de virus dans les aérosols de leur haleine que les personnes non vaccinées.

Ces scientifiques n’ont pas été surpris de constater que « certains typesd’immunité préalable» — dans ce cas il s’agit de l’immunité conférée par le vaccin plutôt que celle conférée par voie naturelle — «favorisent l’inflammation pulmonaire, la fermeture des voies respiratoires et la génération d’aérosols ». Ils concluent que, «si elle est confirmée, cette observation, ainsi que la littérature récente suggérant une protection réduite par la vaccination annuelle, auraient des implications pour lesrecommandations et les politiques de vaccination contre la grippe. »

4. Affirmation de CNN: CNN répète fréquemment le conseil du CDC – les enfants devraient se faire vacciner contre la grippe-injonction dont vous assurez l’innocuité auprès de l’audience de CNN.

Fait: Une revue Cochrane de 2012portantsur des études sur la vaccination antigrippale chez les enfants en bonne santé n’a révélé aucune étude sur l’innocuité chez les enfants de moins de deux anset a déclaré que des études d’innocuité étaient «urgentes».

Chaque prospectus de vaccin antigrippal contient des avertissements sur le manque d’études sur l’innocuité chez les femmes enceintes et les mères allaitantes.

5. Affirmation de CNN: CNN promeut également la recommandation du CDC que toute femme enceinte devrait se faire vacciner contre la grippe.

Fait: LeCDC recommande le vaccin contre la grippe pour les femmes enceintes malgré le fait que chaque prospectus de vaccin antigrippal contient des mises en garde sur le manque d’études sur l’innocuité chez les femmes enceintes et les mères allaitantes.

La recommandation actuelle du CDC selon laquelle toutes les femmes enceintes doivent recevoir un vaccin contre la grippe est une proposition dangereuse selon le professeur Paul Patterson du California Institute of Technology, un neuroscientifique dont la recherche a porté sur l’activation du système immunitaire pendant la grossesse. Dans ses recherches, le Dr Patterson a signalé que toute activation immunitaire pendant la grossesse, que ce soit à partir d’une infection ou d’un vaccin, peut causer des dommages dans le cerveau fœtal en développement et peut augmenter le risque d’ autisme.

En 2008, le magazine Scientific American Mind a repris les critiques de Patterson au sujet de la politique du CDC visant à administrer des vaccins contre la grippe pendant la grossesse. « Je ne pense pas qu’ils aient pris en considération ce risque », a-t-il dit. « En fait, je sais qu’ils n’ont pas pris en considération ce risque. » Patterson de préciser : « Si vous le prenez au sérieux et que vous vaccinez tout le monde, que va-t-il se passer? Les chercheurs ne peuvent pas encore prédire à quelle fréquence une réponse immunitaire prénatale pourrait entraîner des lésions cérébrales fœtales, mais même si elle se produit dans moins de 1 pour cent des cas, la vaccination d’une population entière de femmes enceintes pourrait affecter des milliers d’enfants.”

Une étude menée par Goldman en 2013 a documenté une augmentation de 11 fois des cas rapportés de mort fœtale suite à la saison grippale pandémique de 2009-2010, lorsque les femmes enceintes ont reçu deux vaccins contre la grippe pendant la grossesse, le vaccin contre la grippe saisonnière et le vaccin contre la grippe H1N1.

Dans une étude publiée dans le British Medical Journal en 2014, Giuseppe Traversa et ses collègues ont évalué le devenir maternel, fœtal et néonatal des femmes ayant reçu le vaccin contre la grippe A/H1N1. L’évaluation de plus de 86 000 grossesses à révélé que les femmes vaccinées avaient des taux significativement plus élevés de diabète gestationnel et d’éclampsie. L’éclampsie est l’apparition de crises convulsives chez une femme atteinte de toxémie sévère, un état pathologique caractérisé par l’association d’une hypertension artérielle à une perte de protéines dans les urines. L’éclampsie est mortelle chez 2 % des femmes et peut entraîner des problèmes de santé à long terme chez celles qui survivent. Les complications fœtales, y compris les dommages neurologiques et la mort, sont également fréquentes. Le diabète gestationnel et l’éclampsie sont liés à l’inflammation et à la dysrégulation immunitaire, ce qui rend le lien avec la stimulation immunitaire du vaccin contre la grippe très plausible.

Une revue Cochrane de 2014 a révélé que le nombre d’essais randomisés contrôlés par placebo examinant l’innocuité et l’efficacité de la vaccination des femmes enceintes étaitnul. Cette revue indépendante indique : « Les seules preuves disponibles proviennent d’études observationnelles de qualité méthodologique médiocre. Sur cette base, la vaccination présente des effets très limités.

Une étude réalisée en 2016 par Chambers et coll. a constaté un risque modérément élevé de malformations congénitales chez les enfants nés de mères ayant reçu un vaccin contre la grippe au cours des saisons grippales 2010-2014.

Une étude du CDC datant de 2017 établit un lien entre les fausses couches et les vaccins contre la grippe, en particulier au cours du premier trimestre. Les femmes enceintes vaccinées au cours des saisons grippales 2010/2011 et 2011/2012 avaient deux fois plus de chances de présenter une fausse couche dans les 28 jours suivant la réception du vaccin. Chez les femmes qui avaient reçu le vaccin contre la grippe H1N1 au cours de la saison précédente de la grippe, les chances d’avoir une fausse couche dans les 28 jours étaient 7,7 fois plus élevées que chez les femmes qui n’ont pas reçu de vaccin contre la grippe pendant leur grossesse.

Une autre étude publiée en 2017 a révélé un risque élevé de troubles du spectre autistique chez les enfants dont la mère a subi un vaccin contre la grippe au premier trimestre. L’administration du vaccin contre la grippe est une cause documentée de réponse inflammatoire chez les femmes enceintes. Des recherches récentes ont révélé que l’inflammation pendant la grossesse est associée au développement de troubles du spectre autistique.

L’une des plus importantes études à ce jour a été menée en 2004 par des scientifiques du CDC du groupe de travail Vaccine Safety Datalink auprès d’environ 50 000 femmes enceintes sur cinq saisons grippales. Les chercheurs n’ont trouvé aucune différence dans le risque de développer une grippe ou des maladies similaires entre celles qui ont reçu le vaccin contre la grippe pendant la grossesse et celles qui ne l’ont pas reçu. Les admissions à l’hôpital pour la grippe ou la pneumonie chez les femmes de la population étudiée étaient assez rares et aucune femme n’est décédée d’une maladie respiratoire pendant la grossesse.

Un article de 2019 d’Alberto Donzelli dansHuman Vaccination & Immunotheraputics,pose la question, Vaccination contre la grippe pour toutes les femmes enceintes ? » et fait valoir: « Jusqu’à présent, les preuves moins biaisées ne la favorisent pas ». Donelli a constaté que les recommandations de santé publique portant sur les vaccins antigrippaux pendant la grossesse avaient systématiquement surestimé « l’efficacité et l’innocuité du vaccin » et que la science publiée montrait « un excès d’effets indésirables locaux et une tendance à des événements indésirables graves avec une protection incertaine ou très limitée contre la grippe ». Donzelli observe que les essais de vaccin contre la grippe en Afrique et en Asie ont montré un excès d’infections et de décès chez les nourrissons associé aux vaccins antigrippaux administrés pendant la grossesse.

En outre, environ 1/3 des vaccins contre la grippe aux États-Unis contiennent encore des doses bolus de thimérosal, un agent de conservation à base de mercure. La fiche de données sur la sécurité des matériaux (MSDS) et l’étiquette du thimérosal déconseillent son utilisation pendant la grossesse, soulignant que le thimérosal n’a jamais été démontré comme sûr et qu’il provoque des mutations chez les mammifères. Le thimérosal est reconnu comme un reprotoxique dans l’État de Californie. Décrite ci-dessous est une revue par l’Agence californienne de protection de l’environnement concernant l’utilisation du thimérosal en ce qui concerne la Proposition 65 en Californie.

En 2001, l’Académie nationale des sciences de l’Institut de médecine a passé en revue l’innocuité du thimérosal dans les vaccins. Le comité a recommandé que « les sociétés professionnelles et les organismes gouvernementaux compétents tiennent pleinement compte de l’élimination du thimérosal des vaccins administrés aux nourrissons, aux enfants ou aux femmes enceintes aux États-Unis ». Le CDC n’a pas donné suite à cette recommandation malgré le fait que ce sont eux qui ont convoqué l’examen du thimérosal par l’OIM.???

Bien que le taux de vaccination des personnes âgées ait augmenté de 67 % entre 1989 et 1997, rien n’indique que la vaccination ait réduit les hospitalisations ou les décès. Au contraire, les taux de mortalité et d’hospitalisation ont continué d’augmenter plutôt que de diminuer.

6. Affirmation de CNN : CNN exhorte les personnes âgées à se faire vacciner contre la grippe. Le CDC attribue au vaccin une réduction spectaculaire des décès liés à la grippe chez les personnes âgées.

Fait: La communauté scientifique a complètement démystifié les affirmations du CDC selon lesquelles le vaccin contre la grippe réduit la mortalité chez les personnes âgées.

Des chercheurs des National Institutes of Health (NIH) ridiculisent les allégations du CDC sur la mortalité dans une étude publiée en avril 2005 dans Archives of Internal Medicine (maintenant JAMA Internal Medicine). Ces chercheurs du NIH ont souligné que, malgré une augmentation spectaculaire de la couverture vaccinale chez les personnes âgées de 65 ans ou plus, qui sont passés de 20 % de couverture au maximum avant 1980 à 65 % en 2001, les taux de pneumonie et de mortalité grippale «ont considérablement augmenté au cours de cette période ».

L’auteur principal de l’étude du NIH de 2005, Lone Simonsen, a également été co-auteur avec W. Paul Glezen d’un commentaire de 2006 dans l’International Journal of Epidemiology qui a réitéré les problèmes liés aux allégations du CDC. « Bien que le taux de vaccination des personnes âgées ait augmenté de 67 % entre 1989 et 1997, rien n’indique que la vaccination ait réduit les hospitalisations ou les décès. Au contraire, « les taux de mortalité et d’hospitalisation ont continué d’augmenter plutôt que de diminuer ».

Les auteurs de l’étude du NIH de 2005 ont fait remarquer que ce résultat était « surprenant » puisque la vaccination était censée être « très efficace pour réduire la mortalité liée à la grippe », une hypothèse sous-jacente à la politique du CDC qui « n’a jamais été étudiée dans le cadre d’essais cliniques ».

De même, une revue de 2008 dans Virology Journal, observe que contrairement aux affirmations du CDC portant sur l’existence d’un grand effet bénéfique sur la mortalité, « la mortalitégrippale et les taux d’hospitalisation pour les Américains âgés ont augmenté de manière significative dans les années 80 et 90, de façon concomitante avec l’importante augmentation du taux de vaccination contre la grippe. »

Dans un commentaire BMJ de2013, le Dr Doshi a demandé, »quelles preuves y a-t-il que les vaccins antigrippaux réduisent le nombre de décès de personnes âgées — la raison pour laquelle la politique a été créée à l’origine? Pratiquement aucun…” Cela signifie que les vaccins antigrippaux sont approuvés pour une utilisation chez les personnes âgées en dépit de l’absence d’essai clinique démontrant une réduction des cas graves.

«Peut-être le plus déroutant,a ajouté M. Doshi,c’est le manque d’intérêt des fonctionnaires face à l’absence de preuves de bonne qualité. »

7. Affirmation de CNN: Vous informez fréquemment le public de CNN que « le vaccin contre la grippe est sûr, et les effets secondaires sévères sont très rares. »

Fait: Le taux réel des dommages est impossible à déterminer puisque les vaccins contre la grippe sont exemptés des études placebo pré-et post-commercialisation requises pour d’autres médicaments, et parce que le système de surveillance post-commercialisation de HHS, le Système de déclaration des événements indésirables vaccinaux (VAERS) [VAERS], rend compte »de moins de 1 % des dommages causés par le vaccin« selon uneétude financée par le HHS. Néanmoins, certaines constatations alarmantes devraient vous donner matière à réfléchir lorsque vous offrez ces assurances à des millions de téléspectateurs; Les vaccins contre la grippe représentent près d’un quart des compensations financières pour dommages par le Fonds d’indemnisation des victimes de vaccins (VICA). La Cour des vaccins a versé près d’un milliard de dollars pour les blessures et les décès causés par les vaccins contre la grippe.

Le vaccin de GSK, Flulaval,énumère sur son prospectus de fabrication plus de 45 maladies chroniques et effets indésirables que la FDA pense liés au vaccin. Ceux-ci incluent une longue liste de maladies du système immunitaire, allergique, musculo-squelettique, psychiatrique, respiratoire, cutané, vasculaire, et neurologique, comprenant crises convulsives, paralysies, et syncopes.

Des données australiennes établissent un lien entre le vaccin antigrippal au cours de la saison grippale 2009-2010 et un risque de 1 sur 110 de convulsions fébriles chez l’enfant. Le vaccin pandémique contre la grippe H1N1 en Europe était associé à un risque sur 55 000 de développer une narcolepsie. Le CDC reconnait que le vaccin contre la grippe Pandemrix est associé à un «risque accru de narcolepsie».

Une méta-analyse publiée en 2015 dans la revue Vaccine a reconnu « une association petite mais statistiquement significative entre les vaccins antigrippaux, en particulier les vaccins pandémiques, et le syndrome de Guillain-Barré (SGB) ».

Une étude publiée en 2004 dans le Journal of the American Medical Association, JAMA, a noté que le SGB était « l’état neurologique le plus fréquent signalé après la vaccination contre la grippe au Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS ».

La méta-analyse Cochrane de 2010 a révélé que les études post-mortalité montrent une association statistiquement significative entre le vaccin antigrippal et le SGB, ce qui «démontre le danger de lancer une vaste campagne de vaccination sans évaluation adéquate des effets adverses».

… le vaccin contre la grippe augmente les risques du coronavirus de 36 %.

8. Affirmation de CNN: Le 5 Mars 2020, vous et Anderson Cooper avez fait un segment « Town Hall » intitulé “Corona Faits et Peurs” , dans lequel vous avez vivement exhorté les auditeurs à se faire vacciner contre la grippe comme meilleur moyen de rester en bonne santé pendant la pandémie de coronavirus. Selon Anderson, « si vous êtes préoccupé par le coronavirus, vous devriez vous faire vacciner contre la grippe ».

Fait: Cependant, la seule étude que nous avons pu trouver évaluant les vaccins contre la grippe et le coronavirus est une étude du Pentagone américain de janvier 2020 qui a révélé que le vaccin contre la grippe augmente de 36 % les risques liés au coronavirus. « Recevoir la vaccination antigrippale peut accroître le risque d’autres virus respiratoires, un phénomène connu sous le nom d’interférence virale… l’interférence du virus dérivée du vaccin a été significativement associée au coronavirus. »

De nombreuses études suggèrent que le vaccin contre la grippe augmente la vulnérabilité à la fois aux infections grippales et aux 85 % à 93 % restants d’infections respiratoires non grippales.

9. Affirmation de CNN: Sanjay, j’ai regardé votre vidéo assurant le public que se faire vacciner contre la grippe ne peut augmenter les chances de contracter la grippe.

Fait: Bien que cette affirmation bénéficie d’un maigre soutien d’un très petit nombre d’études, le poids écrasant de la science publiée suggère que le vaccin annuel contre la grippe peut effectivement augmenter votre risque de grippe et de maladies apparentées.

Seulement environ 7 à 15 pour cent de ce qu’on appelle des «maladies grippales» sont en fait causées par des virus grippaux. De nombreuses études suggèrent que le vaccin contre la grippe augmente la vulnérabilité à la fois aux infections grippales et aux 85 % à 93 % restants d’infections respiratoires non grippales.

Une étude menée en 2011 sur des enfants australiens en bonne santé publiée dans le Pediatric Infectious Disease Journal a révélé que les vaccins contre la grippe saisonnière augmentent le risque de grippe de 73 % et ont doublé le risque d’infections respiratoires non grippales.

De la même façon, une autre étude contrôlée randomisée de 2012publiée dans Clinical Infectious Diseases a révélé que les enfants vaccinés contre la grippe n’avaient pas de diminution significative du risque de grippe mais un risque plus élevé d’infection par des virus non grippaux.

De plus, le vaccin contre la grippe épuise la capacité de lutter contre les futures infections grippales. En avril 2010, une étude (par Skowronek, et coll) publiée dans la revue PLoS Medicine a rapporté le résultat “inattendu” de quatre études épidémiologiques au Canada selon lesquelles la réception du vaccin antigrippal pour la saison 2008-2009, bien qu’apparemment efficace pour réduire le risque de maladie due à la grippe saisonnière, était associée à une augmentation du risque de maladie due à la grippe A (H1N1) »virus de la grippe porcineau printemps et à l’été 2009. Les scientifiques ont suggéré que cette découverte pourrait être due à la différence dans la façon dont le vaccin affecte le système immunitaire par rapport à l’infection naturelle.

Selon cette hypothèse, la vaccination répétée «bloquerait efficacement l’immunité plus robuste, complexe et croisée offerte par une infection antérieure».

Lorsque des personnes non vaccinées sont infectées par le virus de la grippe saisonnière, elles développent souvent une immunité robuste à médiation cellulaire qui protège non seulement contre cette souche du virus, mais également contre d’autres souches.

Les personnes qui ont reçu chaque année le vaccin contre la grippe, d’autre part, « ont peut-être perdu de multiples occasions d’immunité croisée induite par l’infection ». Cela s’expliquerait par le fait que le vaccin est conçu pour stimuler une forte réponse d’anticorps, également appelée immunité humorale, mais ne confère pas le même genre d’immunité robuste à médiation cellulaire que l’infection naturelle.

Dans leur étude de 2005, les chercheurs du NIH ont également reconnu l’efficacité de l’immunité naturellement acquise pour réduire la mortalité, soulignant que les personnes âgées qui ont contracté l’infection pandémique de grippe H3N2 ont démontré une immunité robuste dans les saisons grippales suivantes par rapport aux personnes vaccinées. La forte baisse des décès liés à la grippe chez les personnes âgées de 65 à 74 ans dans les années qui ont suivi immédiatement la pandémie de grippe de 1968est très probablement attribuable à l’acquisition d’une immunité naturelle contre ces virus (à partir d’infections naturelles).

Une autre étude publiée en 2011 dans le Journal of Virology a confirmé que la vaccination annuelle contre la grippe entrave en effet le développement d’une immunité à médiation cellulaire robuste. La vaccination annuelle contre la grippe, concluent les auteurs, « peut rendre les jeunes enfants qui n’ont pas été infectés auparavant par un virus grippal plus sensibles à l’infection par un virus grippal pandémique d’un nouveau sous-type ».

Une étude du CDC de 2018 a révélé une augmentation des infections respiratoires aiguës causées par des agents pathogènes respiratoires non grippaux à la suite de la vaccination contre la grippe par rapport aux enfants non vaccinés au cours de la même période. Les auteurs ont recommandé que les mécanismes potentiels pour cette association justifient une enquête plus approfondie.

Alors que la plupart des études n’ont examiné qu’une ou deux saisons grippales, une étude financée par le CDC publiée en septembre 2014 dans Clinical Infectious Diseases a examiné les effets à long terme des vaccinations annuelles répétées en reprenant les données sur cinq ans de vaccination.

Les chercheurs du CDC ont constaté que plus les gens avaient été vaccinés au cours des années précédentes, moins le vaccin était efficace pour prévenir le virus H3N2 dominant de la saison la plus récente.

Selon ces chercheurs, «la protection induite par le vaccin était la plus grande pour les personnes non vaccinées au cours des 5 années précédentes».

En un mot, le système immunitaire se souvient de l’infection d’origine et met en place une défense rapide contre elle, au détriment de développer une nouvelle réponse, plus appropriée, spécifiquement adaptée à la souche actuellement infectieuse.

Les scientifiques du CDC ont averti que leurs données «soulèvent des questions pertinentes sur l’interférence potentielle de la vaccination annuelle répétée contre la grippe et sur une éventuelle protection résiduelle par rapport à la vaccination de la saison précédente» ; les auteurs ont demandé la réalisation d’autres études.

10. Affirmation de CNN : Une dernière observation au sujet d’un vaccin différent; Dans la promotion régulière des vaccins contre la rougeole assurée par CNN, CNN et Sanjay affirment souvent que la mortalité naturelle liée à la rougeole est de 1 à 2 pour 1000. Ces estimations semblent calculées pour intimer les gens à se faire vacciner contre la rougeole et pour motiver la vaccination ROR obligatoire.

Fait: Les données de l’année 1963 du CDC sur la mortalité et la morbidité montrent qu’avant l’introduction du vaccin contre la rougeole, l’amélioration de la nutrition et de l’hygiène avait déjà diminué la mortalité de la rougeole aux États-Unis à 400 par an, un ratio de population de 1/500 000 et un ratio décès/cas de 1 pour 10 000à peu près le même risque demourir de la foudre . La plupart de ces décès étaient parmi les enfants souffrant de malnutrition,dont beaucoup faisaient état d’un handicap intellectuel. Les meilleures données suggèrent que la mortalité par la rougeole aurait continué de baisser avec l’introduction de bons alimentaires, de W.I.C et d’autres programmes nutritionnels pour enfants adoptés pendant la guerre contre la pauvreté après 1964 afin de soulager la faim dans les communautés pauvres.

 

Conclusion

Dans leur méta-analyse de 2010, les chercheurs de Cochrane ont accusé le CDC d’avoir délibérément déformé la science afin d’appuyer leur recommandation universelle de vaccination contre la grippe. Néanmoins, CNN diffuse continuellement les déclarations du CDC comme une parole d’évangile et, ironiquement, ridiculise ceux d’entre nous qui lisent réellement la science comme «pourvoyeurs de « désinformation vaccinale »».

De multiples enquêtes fédérales approfondies et déclarations de donneurs d’alerte ont documenté la relation corrompue entre la Direction des vaccins du CDC et les quatre fabricants de vaccins : Merck, Pfizer, Sanofi et GSK. Il s’agit notamment d’un rapport de 2000 du Comité de surveillance du gouvernement par le Congrès des États-Unis , un rapport de 2009 de l’Inspecteur général fédéral du HHS, une lettre de 2014 de David Wright, directeur du Bureau de l’intégrité de la recherche HHS, et une lettre de 2011 adressée à Carmen S. Villar, chef de cabinet de Tom Frieden, de la part d’une organisation de scientifiques du CDC se faisant appeler « SPIDER ».

En 2014, le scientifique en charge de l’innocuité des vaccins au sein du CDC, le Dr William Thompson, un vétéran du CDC de 17 ans qui continue de travailler pour le CDC, a avoué dans une série de dépositions et de déclarations publiques et privées Que ses patrons de la Direction de la vaccination du CDC lui avaient systématiquement ordonné, ainsi qu’à d’autres chercheurs, de détruire des données et de falsifier les résultats d’étude afin de dissimuler la recherche du CDC liant les vaccins à l’épidémie explosive de maladies chroniques infantiles, y compris l’autisme. Les nombreuses preuves de corruption dans les agences fédérales de santé n’amplifient-elles pas l’obligation de CNN de traiter les déclarations du gouvernement avec des pincettes ?

[Le CDC] a souligné qu’il était particulièrement important d’inspirer «la préoccupation, l’anxiété et l’inquiétude» chez les jeunes adultes en bonne santé qui ne considèrent pas la grippe avec suffisamment d’effroi.

Lors d’un atelier de 2004 de l’Institut de médecine, le CDC adévoilé un schéma directeur pour les campagnes de peur et de tromperie annuelles de l’agence dans un PowerPoint intitulé “Recette pour favoriser l’intérêt public et la forte demande de vaccins” . Le chef des relations publiques du CDC, Glen Nowak, a expliqué qu’il était nécessaire d’utiliser le marketing de la peur afin de vendre des vaccins. La campagne du CDC a appelé à encourager les experts médicaux des plateaux de télévision (comme Sanjay et Elizabeth Cohen) à «s’inquiéter et à s’alarmer» à ce sujet « et à prédire les résultats désastreux » de la saison de la grippe. Pour inspirer la terreur nécessaire, le CDC a prévu d’encourager ses journalistes apprivoisés à décrire chaque saison comme “très sévère“, “plus sévère que les dernières années ou passées” , et “mortelle” . Les agents de presse du CDC ont souligné qu’il était particulièrement important d’inspirer «la préoccupation, l’anxiété et l’inquiétude» chez les jeunes adultes en bonne santé qui ne considèrent pas la grippe avec suffisamment d’effroi.

Comme l’a déclaré sans ambages le CDC, «l’alphabétisation en matière de santé est un problème croissant». En d’autres termes, le CDC considère qu’il s’agit d’un problème que les gens fassent de plus en plus leurs propres recherches et deviennent de plus en plus informés sur les questions liées à la santé; Pourquoi? Parce que les gens qui font leurs propres recherches, lisent la science, et font des choix éclairés plutôt que de suivre aveuglément les recommandations du CDC sont moins susceptibles de se faire vacciner contre la grippe.

«Les compagnies pharmaceutiques», observe le Dr Doshi,« savent depuis longtemps que pour vendre certains produits, il faudrait d’abord intéresser les gens à la maladie.» Seulement, dans le cas du vaccin contre la grippe, ajoute Doshi, «les vendeurs sont des responsables de la santé publique». Ces responsables de la santé publique ont, à leur tour, transformé des journalistes de confiance et des médecins des plateaux de télévision en des représentants du marketing de Big Pharma.

CNN aime à dépeindre les campagnes annuelles du CDC contre la grippe comme un important rituel de santé publique. La science évaluée par des pairs met en lumière les campagnes du CDC en tant que projets de propagande mercantile qui sont coûteux et peuvent nuire à la santé publique. CNN peut reprocher aux responsables du CDC d’être à l’origine de sa « désinformation vaccinale ». Mais ce serait un geste faible. “Les gens au pouvoir mentent« , m’a dit mon père. La fonction du journalisme est d’appliquer l’examen minutieux et le scepticisme aux déclarations des fonctionnaires et des entreprises puissantes.

Enfin, Sanjay, vous et Anderson Cooper commentez souvent avec consternation la tragédie monumentale, pour notre démocratie, d’avoir un président qui ment régulièrement. Mais les présidents vont et viennent; la tragédie la plus durable, sans doute, c’est que nous ne pouvons pas faire confiance à nos médias d’information pour nous dire la vérité sur les questions de santé vitales lorsque les dollars publicitaires sont en jeu. Vous vous grattez la tête et vous vous demandez comment se fait-il que tous ces partisans de Trump ne partagent pas votre indignation face à la fausseté du président Trump. L’une des réponses est qu’ils sont découragés par des médias autrefois dignes de confiance qui ont également créé le précédent de mentir et de violer systématiquement la confiance du public, blessant dans le processus notre démocratie, la foi du public dans les institutions critiques et la santé de nos enfants.

Sincèrement,

Robert F. Kennedy Jr
Président, Children’s Health Defense

P.S. Pour rappel, voici un programme de 60 Minutes d’il y a plus de 30 ans. C’est à cela que ressemblait le journalisme avant que Pharma n’achète les médias.

Sign up for free news and updates from Robert F. Kennedy, Jr. and the Children’s Health Defense. CHD is planning many strategies, including legal, in an effort to defend the health of our children and obtain justice for those already injured. Your support is essential to CHD’s successful mission.

Close

This article is also available in other languages.