Selon la loi, les professionnels assurant la vaccination doivent vous informer des effets secondaires potentiels et des complications de santé à long terme liés aux vaccins; cela concerne aussi le nouveau vaccin contre la COVID-19.

Quel est l’impact des accidents post-vaccinaux dus aux vaccins COVID sur votre santé et sur votre situation financière ou pour un membre de votre famille?

En général, les formulaires de consentement éclairé pour la vaccination, tels que celui utilisé par ‘Walgreens’ (chaîne de para pharmaciesaux US), ne fournissent ni informations ni de statistiques sur les coûts financiers liés à d’éventuels maladie, incapacité ou décès. Ces formulaires n’expliquent pas non plus l’impact sur la famille, ses ressources et ses finances, y compris sur les perspectives de carrière, le divorce, l’éducation des frères et sœurs et sur d’autres projets de vie.

Voici le formulaire téléchargeable ‘Family Financial Disclosure Form for COVID-19 Injections’que les familles peuvent utiliser pour évaluer les risques financiers suite aux éventuels accidents post-vaccinaux.

Ce formulaire a été créé par Catherine Austin Fitts, directrice de Solari Investment Advisory Services et présidente de Solari, Inc. qui publie le Solari Report. L’objectif de ce formulaire est d’aider les familles à communiquer et à se préparer à l’impact financier familial en cas d’effets indésirablesaprès le vaccin contre COVID-19.

Dans la publication The Defender,Mme Fitts déclare: “le formulaire d’information destiné aux familles a été instigué par Robert F. Kennedy, Jr qui m’a demandé de signaler l’absence d’informations dans la déclaration de consentement éclairé sur les éventuels impacts financiers dévastateurs suite aux effets indésirables liés aux vaccins dont celui contre la COVID-19”.

“La transparence est un outil puissant”, a déclaré Mme Fitts. “J’espère que ce formulaire apportera plus de clarification et d’assurance aux gens et leur permettra de faire des choix avisés pour leur familles et les enfants qu’ils aiment.”

“Ce formulaire est proposé en vue de faciliter la diligence raisonnable, la communication et la planification des familles. Il est important que chaque personne et chaque famille prenne la responsabilité de déterminer et d’accéder aux informations qu’elle juge les plus pertinentes pour sa situation et ses décisions et d’évaluer et de gérer son risque individuel et collectif comme elle l’entend.”

Les vaccins COVID, commercialisés à la hâte, sont toujours considérés comme expérimentaux par la Food and Drug Administration américaine, qui les a approuvés dans le cadre d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA). Depuis le lancement du premier vaccin EUA COVID aux États-Unis à la mi-décembre, au moins 25 212 effets indésirables, dont 1 265 décès et 4 424 maladies graves, avaient été signalés au 26 février par l’intermédiaire du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS).

Parmi les effets indésirables suite au vaccin contre la COVID-19, on peut citer l’infection à la COVID-19, l’anaphylaxie, les troubles neurologiques, les le maladies auto-immunes, d’autres maladies chroniques à long terme, la cécité et la surdité, l’infertilité, les lésions fœtales, les fausses couches et la mortinatalité, et les décès. (Voir le tableau 1 du formulaire pour des exemples).

Indemnisation des dommages causés par les vaccins – un parcours semé d’embûches

Aux États-Unis, les fabricants de vaccins bénéficient déjà d’un principe d’immunité totale en cas de maladies causées par la COVID ou de tout autre vaccin lié à la pandémie, en vertu de la Loi sur la Sécurité publique et sur la Protection civile (PREP).

Si vous êtes malade suite au vaccin COVID, vous devez déposer une demande d’indemnisation auprès du Countermeasures Injury Compensation Program (CICP). Le CICP est financé par les contribuables américains par le biais d’une affectation du Congrès au ministère américain de la Santé et des Services sociaux (DHHS).

Le CICP est similaire au National Vaccine Injury Compensation Program (NVICP), qui s’applique aux vaccins non pandémiques, mais il est encore moins généreux en matière d’indemnisation. Le NVICP rembourse par exemple une partie des coûts associés à une plainte donnée, le CICP ne le fait pas. Cela signifie que si vous êtes malade, vous devrez également payer les frais d’avocat et les honoraires des témoins experts.

Le CICP est administré par le DHHS, qui parraine également le programme de vaccination COVID-19. Ce conflit d’intérêts fait que le CICP est moins susceptible de trouver des effets indésirables dans le vaccin.

Si votre demande est refusée, votre seul recours en appel sera d’envoyer votre dossier au DHHS, où il sera simplement examiné par une autre personne. Le DHHS est également chargé d’effectuer le paiement, il est donc juge et partie.

Le Dr Meryl Nassdéclare que le montant maximal accordé est de 250 000 $ par personne, même dans le cas d’invalidité permanente ou de décès. Il faut d’abord utilisé votre assurance privée (complémentaire santé) avant que le CICP ne vous verse un centime.

Les employeurs qui imposent les vaccins COVID à leurs employés sont également dégagés de toute responsabilité dans le cadre du CICP. Les plaintes doivent passer par les demandes d’indemnisation liés aux accidents du travail.

Le CICP a également un délai de prescription d’un an, vous devez donc agir rapidement. Ceci est un problème car, à l’heure actuelle, personne ne sait vraiment quand et quelles maladies pourraient survenir après la vaccination COVID-19.

Mme Fitts espère que le formulaire qu’elle et M. Solari ont créé aidera les familles à faire preuve de diligence raisonnable avant d’accepter de se faire vacciner contre la COVID.

Téléchargez le formulaire d’information sur l’impact financier des familles vaccinées contre la COVID-19