Menu

Search Results for "Natural immunity "

Citant des données sur la myocardite, plus de 30 experts demandent aux autorités réglementaires britanniques de réévaluer les vaccins contre la COVID destinés aux enfants de 12 à 15 ans.

Dans une lettre adressée au Comité conjoint sur les vaccins et l’immunisation du Royaume-Uni, plus de 30 politiciens, médecins et experts médicaux ont déclaré que les effets à long terme des vaccins contre la COVID pourraient compromettre l’espérance de vie des enfants du pays.

5 théories sur l’origine d’Omicron, la variante qui pourrait mettre fin à la pandémie

Quelle que soit l’origine d’Omicron, la bonne nouvelle est qu’il est possible d’y survivre et que cela pourrait signifier la fin de la pandémie de la COVID.

Ce que la lutte de Djokovic pour participer à l’Open d’Australie signifie pour le mouvement pour la liberté de choix en matière de santé

Si la star serbe du tennis est autorisée à rester dans le pays et à participer à l’Open d’Australie, le premier ministre australien reconnaîtra que les politiques de santé publique de son pays sont, depuis le début, absurdes par leur manque de nuance.

Des études révèlent que l’Omicron est moins susceptible de causer des lésions pulmonaires ou la mort.

De multiples études sur les infections à Omicron publiées ces dernières semaines ont montré une diminution des lésions pulmonaires et des taux de mortalité dans les tissus animaux et humains, bien que les études aient confirmé la plus grande transmissibilité du variant Omicron.

Les rapports sur les blessures liées au vaccin contre la COVID dépassent le million, la FDA approuve le rappel de Pfizer pour les enfants de 12 ans et plus

Les données VAERS publiées vendredi par les Centres de contrôle et de prévention des maladies comprennent un total de 1 000 229 rapports d’événements indésirables de tous les groupes d’âge après les vaccins contre la COVID, dont 21 002 décès et 162 506 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 24 décembre 2021.

Voici pourquoi les vaccins COVID à ARNm pourraient perturber notre immunité innée

Une étude pré-imprimée apporte des preuves à l’appui de ce que de nombreux immunologistes et vaccinologues de renom affirment depuis longtemps : les vaccins COVID à ARNm provoquent un dérèglement du système immunitaire.

Pfizer va tester la troisième injection contre la COVID chez les enfants de moins de 5 ans après l’échec des deux doses.

Pfizer et BioNTech vont étendre leur essai clinique pour inclure une troisième dose de leur vaccin contre la COVID sur les nourrissons et les enfants de 6 mois à 5 ans, après que la société ait déclaré que deux doses n’avaient pas déclenché une réponse immunitaire suffisante chez les enfants de 2 à 5 ans.

Plus de 20 000 décès signalés au VAERS après l’administration des vaccins COVID

Les données VAERS publiées aujourd’hui par les Centres de contrôle et de prévention des maladies comprennent un total de 965 843 rapports d’événements indésirables de tous les groupes d’âge après la vaccination COVID, dont 20 244 décès et 155 506 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 10 décembre 2021.

Selon une étude, aucun décès dû à la COVID n’est survenu chez les enfants allemands en bonne santé âgés de 5 à 11 ans

Une nouvelle étude allemande a montré qu’il y avait extrêmement peu de décès chez les enfants en bonne santé en général – y compris aucun décès chez les enfants de 5 à 11 ans – ce qui suggère que certaines études sont conçues pour déformer le risque pour les enfants.

Le variant Omicron : Beaucoup de bruit pour rien ?

L’Organisation mondiale de la santé prévient que le variant Omicron peut se propager plus rapidement que les autres variants. C’est probablement vrai, mais d’après la science, cela ne signifie pas que le variant est plus mortel que le Delta ou d’autres – en fait, elle est probablement plus léger.

Alors que les rapports des blessures causées par les vaccins COVID approchent du million, les CDC et la FDA autorisent Pfizer et Moderna à administrer des rappels à tous les adultes.

Les données VAERS publiées aujourd’hui par les CDC comprennent un total de 894 145 rapports d’événements indésirables de tous les groupes d’âge après la vaccination par COVID, dont 18 853 décès et 139 126 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 12 novembre 2021.

Les non-vaccinés, sont-ils plus dangereux qu’un incendie ? Kim Iversen demande

Dans le dernier épisode de l’émission « Rising » de The Hill, la journaliste et commentatrice politique Kim Iversen a mis en balance les avantages supposés du vaccin COVID et les risques de perdre des milliers de travailleurs essentiels.

La FDA autorise l’utilisation d’urgence (équivalente de l’autorisation conditionnelle de mise sur le marché) du vaccin Pfizer pour les enfants de 5 à 11 ans, alors que le nombre de blessures signalées après la vaccination par le COVID avoisine les 840 000

Les données VAERS publiées vendredi par les CDC comprenaient un total de 837 595 rapports d’événements indésirables de tous les groupes d’âge à la suite des vaccins COVID, dont 17 619 décès et 127 457 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 22 octobre 2021.

Pourquoi le système immunitaire des enfants peut supporter le COVID, et comment les vaccins pourraient compromettre leur réponse immunitaire naturelle

Compte tenu du risque presque “nul” que le COVID fait courir aux enfants, et sur la base des preuves scientifiques, l’épidémiologiste et chercheur Paul Elias Alexander, docteur en médecine, affirme que nous “jouons un jeu dangereux et que nous affaiblissons des systèmes immunitaires robustes autrefois en bonne santé.”

10 signaux d’alarme dans l’analyse risques-avantages de la FDA concernant le projet de Pfizer d’injecter le « vaccin » contre la COVID à de jeunes enfants américains

Chercheur : L’analyse risques-avantages de la FDA concernant la demande d’autorisation d’utilisation d’urgence de Pfizer pour injecter son vaccin contre la COVID-19 à des enfants âgés de 5 à 11 ans est « l’un des documents les plus minables que j’aie jamais vus ».

C’est de la politique, pas de la science : La Maison Blanche et les CDC se préparent à vacciner les enfants de 5 à 11 ans avant autorisation par la FDA.

La Maison Blanche a dévoilé aujourd’hui son intention de vacciner 28 millions d’enfants âgés de 5 à 11 ans contre le COVID, et les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont déjà publié des directives concernant les vaccins pour ce groupe d’âge, même si la Food and Drug Administration des États-Unis n’a pas encore approuvé le vaccin de Pfizer pour les jeunes enfants.

Des études confirment que l’immunité des vaccins Pfizer diminue après deux mois, alors que le géant pharmaceutique cherche à obtenir l’approbation de la FDA pour les enfants de 5 à 11 ans.

Une étude israélienne portant sur 4 800 travailleurs de la santé a démontré que les niveaux d’anticorps diminuaient rapidement après deux doses du vaccin COVID de Pfizer. Entre-temps, Pfizer a officiellement demandé aujourd’hui à la Food and Drug Administration américaine d’autoriser son vaccin pour les enfants de 5 à 11 ans.

Selon une étude, les pays entièrement vaccinés ont enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas de COVID

Les auteurs d’une étude publiée le 30 septembre dans le European Journal of Epidemiology Vaccines ont déclaré que le recours exclusif à la vaccination comme stratégie principale pour atténuer la COVID-19 et ses conséquences néfastes « doit être réexaminé. »

L’épidémie de COVID-19 déclenchée par un patient entièrement vacciné remet en question la théorie de l’immunité collective induite par le vaccin.

Un article publié le 30 septembre dans Eurosurveillance a montré que la COVID-19 s’est rapidement propagée d’un patient entièrement vacciné à des membres du personnel, des patients et des membres de la famille entièrement vaccinés, malgré un taux de vaccination de 96 % et l’utilisation d’un équipement de protection individuelle complet. Cinq patients sont morts et neuf ont été des cas graves.

La peur et l’ignorance, et non le virus et les non-vaxxés, sont les véritables ennemis de cette pandémie

Les défenseurs de la vaccination insistent que des faits médicaux indiscutables et objectifs ont déterminé l’approche de la pandémie. Leurs arguments dogmatiques reposent sur l’hypothèse erronée que la COVID est un ennemi à éradiquer, et que le vaccin est la seule arme de choix.

Près de 15 000 décès et plus de 700 000 blessures signalés au VAERS depuis le lancement des vaccins contre la COVID aux États-Unis en décembre 2020.

Les données de VAERS publiées le 17 septembre par les CDC font état d’un total de 701 561 signalements d’effets indésirables, tous groupes d’âge confondus, après la vaccination contre la COVID, dont 14 925 décès et 91 523 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 10 septembre 2021.

Passeport vaccinal : Pourquoi s’inquiéter si les vaccins ne préviennent pas l’infection ou la transmission ?

Étant donné que les vaccins contre la COVID n’empêchent pas l’infection ou la propagation du virus et que les personnes vaccinées présentent la même charge virale que les personnes non vaccinées lorsqu’elles sont symptomatiques, l’argument selon lequel les passeports vaccinaux permettront de distinguer les « menaces pour la santé publique » des personnes dont la présence est « sans danger » tombe à l’eau.

Selon un médecin, le mandat de vaccination est une « loi potentiellement dangereuse et préjudiciable »

Dans un article publié le 9 septembre, Nina Pierpoint, M.D., Ph.D., a analysé des études publiées en août 2021 qui, selon elle, prouvent que la variante Delta échappe aux vaccins contre la COVID disponibles, ce qui l’amène à conclure que l’immunité collective contre la COVID ne peut être obtenue par la vaccination.

Les garçons adolescents courent un plus grand risque d’hospitalisation après avoir reçu le vaccin Pfizer qu’après un COVID

Selon une nouvelle étude en pré-print, les garçons âgés de 12 à 15 ans, sans pathologie sous-jacente, avaient quatre à six fois plus de chances de se voir diagnostiquer une myocardite liée au vaccin que d’être hospitalisés pour un COVID.

Le nombre de blessures et de décès signalés après l’administration des vaccins contre la COVID atteint de nouveaux sommets, alors que Biden présente son plan visant à obliger 100 millions d’Américains supplémentaires à se faire vacciner

Les données du VAERS publiées vendredi par les CDC font état d’un total de 675 593 signalements d’effets indésirables, tous groupes d’âge confondus, après la vaccination contre la COVID, dont 14 506 décès et 88 171 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 3 septembre 2021.

Plus de 650 000 blessures signalées après l’administration des vaccins contre la COVID, tandis que Biden et la FDA s’affrontent au sujet des rappels

Les données de VAERS publiées vendredi par les CDC font état d’un total de 650 077 signalements d’effets indésirables, tous groupes d’âge confondus, après la vaccination contre la COVID, dont 13 911 décès et 85 971 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 27 août 2021.

Children’s Health Defense poursuit la FDA au sujet de l’approbation du vaccin Comirnaty de Pfizer

L’action en justice, déposée le 31 août, allègue que la Food and Drug Administration a violé la loi fédérale lorsque l’agence a simultanément homologué le vaccin contre la COVID Comirnaty de Pfizer et étendu l’autorisation d’utilisation d’urgence pour le vaccin Pfizer-BioNTech.

Le CDC soutient l’approbation par la FDA du vaccin Pfizer contre la COVID-19 chez les personnes de 16 ans et plus, malgré les interrogations sur les données manquantes et sur le vaccin réellement homologué.

Les Centers for Disease Control and Prevention ( CDC – Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ) ont déclaré lundi qu’ils approuvaient la « recommandation concernant l’utilisation du vaccin homologué Pfizer-BioNTech pour les personnes de 16 ans et plus » formulée par leur comité consultatif, malgré les déclarations de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis selon lesquelles le vaccin Pfizer-BioNTech n’a toujours obtenu qu’une AMM (autorisation de mise sur le marché) conditionnelle.

Entièrement vacciné avec Pfizer ? Selon une étude, vous avez 6 à 13 fois plus de chances de contracter la maladie que les personnes dotées d’une immunité naturelle.

Dans la plus grande étude observationnelle en conditions réelles comparant l’immunité naturelle acquise lors d’une infection antérieure par le SARS-CoV-2 à l’immunité induite par le vaccin Pfizer, les personnes ayant récupéré du COVID étaient beaucoup moins susceptibles que les personnes jamais infectées et vaccinées de contracter le variant Delta, de développer des symptômes ou d’être hospitalisées.

Un outil de contrôle : Comment les responsables de la santé utilisent-ils le langage pour gérer la perception du public à l’égard des vaccins contre la COVID-19?

Le déploiement de ruses linguistiques astucieuses a créé un univers à l’envers hostile, où même les vaccinés ayant subit des effets indésirables sont désignés comme des « anti-vax » ou des menteurs plutôt que reconnus comme des ex-vax ayant pris des risques qui se sont révélés être boulversants pour leur vie.